Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 00:27


              
                                  Andry Rajoelina, Nadne Ramaroson, Alain Ramaroson
        CUA (Commune Urbaine d'Antananarivo), Conecs (Conseil économique et social), FCD
        (Force de Changement pour la Démocratie), des noms et des sigles à retenir pour 2009.



Le Pouvoir, coutumier des déclarations tonitruantes et des actions à grand spectacle comme la fermeture de la station Viva TV  semble se comporter aujourd’hui de manière plus habituelle en République. Le Président distribue des bonbons aux enfants pauvres à Noël et aucun ministre n’a défrayé la chronique par des décisions consternantes. Cette sobriété soudaine n’est que la conséquence d’un rapport de force en train de s’installer et qui n’est pas franchement en sa faveur. Le divorce  est de plus en plus profond entre les dirigeants et ceux à qui ils doivent rendre des comptes : leurs citoyens et électeurs.

Un seul exemple suffira à l’illustrer. Lundi 22 décembre, lors du début d’incendie de l’hôtel 5 étoiles d’Ivato, orgueil du régime, alors qu’une fumée épaisse commençait à se répandre, des cris de joie ont retenti dans la foule de badauds. Une telle chose ne s’est jamais produite dans ce pays. Mais les intérêts des gouvernants ne sont plus ceux du peuple. Au contraire, ils sont antagonistes. La grande majorité de la société ne s’intéresse guère aux réunions internationales, qui vont coûter des millions de dollars pour la seule gloire du Président. Le citoyen de base a vite fait de calculer que ces sommes auraient pu très bien servir à des dispensaires, des écoles ou à augmenter le Smic, actuellement  à environ 30 Euros (parmi les plus bas du monde). Pour avoir construit cet hôtel et un centre de conférences, les Chinois ont eu droit à des terres, des gisements de pétrole ou d’autres contreparties secrètes. Tout cela vaut bien un Honoris Causa. Les spécialistes en psychologie de leurs services de renseignements ont bien travaillé.

Les populations sont prêtes à se révolter dans le Sud, Nosy-Be ou Tamatave. Le pouvoir a sous-estimé l’attachement des Malagasy à leurs terres. Il paie maintenant la non-transparence des transactions qu’il a mené avec les Coréens, les Chinois et autres soit-disant investisseurs, portant sur plus d’un million d’hectares de terres ou des gisements de ressources naturelles. La capitale est aussi prête à s’embraser, excédée par les provocations du pouvoir. Le Conecs (représentant la société civile), la CUA (responsables de la capitale) et maintenant la « Force de Changement pour la Démocratie » ou FCD, créée le 19 décembre pour défendre les deux premières ont formé une coalition. Ils désirent faire entendre la voix d’un peuple qui a le sentiment d’être de plus en plus abandonné et ne peut compter sur un Parlement composé à 99% de députés et sénateurs TIM (Parti majoritaire) complètement inféodés.

L’unique façon de retrouver un peu de sérénité est entre les mains du Président. Il faut qu’il profite de ses vœux de fin d’année pour annoncer que la sanction frappant Viva TV est levée. La décision passera ainsi de manière naturelle. Si l’orgueil l’emporte et qu’il laisse courir jusqu’au 13 janvier, nul ne peut présager de ce qui va se passer mais sa responsabilité sera largement engagée.

De toute façon, le contentieux est tellement important entre la population et l’oligarchie régnante que l’année 2009 sera celle de tous les dangers. Les dirigeants se gargarisent de chiffres macroéconomiques mais personne ne les écoutent. Le pouvoir a remisé discrètement les grosses limousines destinées aux chefs d’Etats africains chez un concessionnaire de la capitale. Et le nouveau jet du Président est introuvable. Les actes parlent plus que les mots.
 

Alain Rajaonarivony




                         

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires