Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 00:34


Une marée blanche a donc convergé vers le stade couvert de Mahamasina à l’appel du Maire Andry Rajoelina ce dimanche 11 janvier. Le bâtiment était rempli et des milliers d’autres personnes se trouvaient à l’extérieur. C’était la journée de prières « contre le mal » que l’élu a organisé et il avait demandé aux participants de s’habiller symboliquement en blanc, couleur de paix et de pureté. Recueillement et dignité furent à l’ordre du jour.


Le Maire a gagné son pari malgré les intimidations du pouvoir. Le 9 janvier, dans son discours aux corps constitués, Marc Ravalomanana avait encore réitéré ses menaces contre ceux qui osent braver l’Etat. Au dernier moment, pour affaiblir l’impact de cette manifestation pacifique, des distributions de riz ont eu lieu et des chefs fokontany (chefs de quartiers dépendant du préfet) ont organisé des réunions. Il faut savoir que les résidants convoqués qui ne s’y présentent pas écopent d’une amende. Mais les Tananariviens se sont quand même déplacés.


Le préfet avait interdit la réunion en plein-air au square d’Ambohijatovo, arguant des dangers que représentaient les criminels échappés de trois prisons pratiquement en même temps. Personne n’était dupe de l’explication, qui ressemble à une démonstration d’incompétence de l’Etat incapable d’assurer la sécurité de ses citoyens. Mais le Maire s’est rangé à ces « raisons » par conscience afin d’éviter d’attiser les tensions inutilement.


Ce fut une fin de semaine chargée. L’absence du Maire à la présentation des vœux au Président fut remarquée. Dans la tradition, la marque de respect aux  « raiamandreny », littéralement « père et mère »,  désignant de manière large les anciens, a une charge culturelle assez lourde. C’est une reconnaissance de la sagesse des cheveux blancs. Il se trouve que le « père », le chef de l’Etat, a voulu faire la peau au « fils », le Maire, et continue d’ailleurs dans cette voie. Andry Rajoelina a donc rompu avec l’hypocrisie car il est difficile de reconnaître une quelconque autorité morale à quelqu’un dont le dessein avoué est de vous détruire.


A Paris, la diaspora a organisé sa première manifestation pour cette année par -5° Celsius le samedi 10 janvier. Les observateurs se demandaient si cette dernière n’allait pas se transformer plutôt en un meeting des exilés. Comme l’Amiral a fait son cheval de bataille de l’opposition des provinces avec la capitale,  la dichotomie Côtiers – Mérina risquait de réapparaître. Ce ne fut pas le cas et  au-delà du nombre de protestataires assez modeste, ce fut l’élément remarquable.


L’histoire montre que la diaspora a toujours soutenu Antananarivo. Bon nombre de personnes ne supportent plus le Président actuel mais ne tenaient pas pour autant à défiler avec des Ratsirakistes dont on n’a pas oublié les méfaits. La ligne de défense des partisans du régime consiste d’ailleurs à jouer sur cette crainte en associant systématiquement le nom de Andry Rajoelina à celui de l’ancien dictateur.


A Madagascar, ce discours ne fait plus recette. Tout le monde a intégré que les vrais soutiens de Andry Rajoelina sont la population tananarivienne, la société civile, le FCD (ensemble de forces politiques regroupées pour la défense de la démocratie) et les églises, même si elles sont discrètes. La preuve en est que sur les listes des personnes à arrêter figuraient Andry Rajoelina, mais aussi Nadine Ramaroson du Conecs et d’autres personnalités mais aucun membre de l’opposition officielle, bien fatiguée et ne représentant aucun danger. Elle peut éventuellement apporter sa voix, mais en aucun cas elle n’est prépondérante et surtout, cela ne lui donne aucun droit. Le combat est mené par une nouvelle génération qui se bat pour l’avenir et non pour régler des comptes avec le passé. Dans la diaspora, le regroupement des exilés et leur activisme brouillent encore le message. Mais l’évolution suit le même chemin et la différence sera de plus en plus nette entre un mouvement démocratique, épousant les thèses de la société civile et les ratsirakistes en fuite en France dont les idéaux républicains sont sujets à caution. 


En tout cas, le succès du culte de Mahamasina et le frémissement qui se fait sentir parmi les Malagasy de l’extérieur, est un indicateur de plus pour le pouvoir. C’est le moment pour lui de se comporter en vrai «raiamandreny», et non point de manière brouillonne en bousculant tout, y compris la Constitution, et en menaçant tout le monde. Pour prendre une référence culturellement admise, l’Evangile conforte les personnes justes devant affronter une épreuve par cette parole : « C’est dans le calme et la confiance que sera votre force ». Le gouvernement s’agite et parle beaucoup…



Alain Rajaonarivony




Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

jacob ravelo 21/01/2009 07:02

juste une demandeessayez de trouver l origine de l achat de l avion presidentielsurtout le mode de virement parait il de daewoo vers leproprietaire de l avion en questionapres on reparlera de ticket ou de gachishumblement votre

Philippe Rajaona 13/01/2009 01:49

Depuis quelques temps, je visite régulièrement ce blog. Analyses pertinentes bien informées. Bravo!Ph R