Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 00:34


Le Président, au cours d’une visite à l’hôpital de Befelatanana, aussi « impromptue » que ne l’était la fermeture de VivaTV , a donc profité des micros ouverts pour faire une déclaration. Cela tombait bien ! Le 13 janvier était la date-butoir que le Maire Andry Rajoelina a donné aux responsables étatiques pour trouver une solution à la réouverture de sa station. (voir l’article « Viva la libertad »).

 

Il a d’emblée traité le jeune élu de « terroriste », qualificatif  désormais usuel pour ceux qui contrarient le régime. Le Premier ministre a déjà utilisé ce terme pour désigner les journalistes. Pour l’instant, les seuls actes terroristes que le Maire ait commis furent l’organisation d’un culte œcuménique le dimanche 11 janvier et son absence à la présentation des vœux chez le chef de l’Etat. Ce terme d’une extrême violence démontre que les gouvernants jouent la carte du pire et espèrent pousser le Maire à la faute. Les menaces pour l’instant viennent exclusivement du pouvoir, et cela de manière récurrente depuis plusieurs jours.

 

Le Président est passé maître dans l’art de manier les mots et les concepts importants dans la culture malagasy. Il parle de « Fihavanana » (respect mutuel) pour justifier une attitude qui ne laisse aucune place au dialogue. En 2002, le « Fahamarinana » et le « Fahamasinana » (droiture et sainteté) ont fait recette puisqu’ils lui ont permis de gagner le cœur d’une population profondément croyante. Pourtant, ces notions ne sont pas à l’ordre du jour dans la gestion de l’Etat. Une corruption à grande échelle, des abus en tout genre, et depuis peu des intimidations à l’encontre des citoyens dénonçant les manquements aux libertés constituent le lot quotidien.

 

Voici donc un petit lexique à l’usage des étrangers qui risquent de mal comprendre les communiqués officiels et nous regardent à travers le dessin animé « Madagascar » I et 2.

 

Chez nous, dans la Grande Ile, les terroristes écrivent dans les journaux ou sont élus au suffrage universel.

Le gouvernement est républicain et démocratique, c'est-à-dire qu’il peut violer les lois et n’écouter personne. Les lois d’ailleurs peuvent être changées au gré des intérêts des dirigeants car le peuple est très gentil (traduire pour les « investisseurs-prédateurs » : « corvéables et manipulables à merci »).

 

Il y a une seule tendance représentée au Sénat (100% Tim et ses satellites) car nous sommes une grande démocratie. Il en est de même à l’Assemblée nationale (98% Tim et ses alliés) à l’exception de quelques « Fosa » qui s’y sont glissés. Elle vient d’ailleurs d’amender l’article 15 de la Constitution (voir l’article « Révision rapide et chute durable »), le 13 janvier, en une journée. Ailleurs, cela aurait provoqué des mois de débats et un référendum. Mais les discussions intellectuelles sont épuisantes et dans sa grande bonté, le pouvoir les évite aux citoyens.

 

« Madagascar 2 » contient quelques inexactitudes. Notre roi, pardon, notre Président n’utilise pas un Dakota pourri pour se rendre en Afrique, mais un Boeing 737-700 configuré en VIP. Sinon, il est tout à fait vrai que les ministres obéissent au doigt et à l’œil de peur de se faire taper sur les doigts. Même quand le Président dit des bêtises pour rigoler, ils courent pour essayer de lui faire plaisir. Cela donne des décrets qu’on n’applique jamais tellement ils sont ridicules. De temps en temps, un ministre est content parce son travail est récompensé comme celui qui a réussi à fermer Viva TV. Le résultat est quand même catastrophique, mais ce n’est pas grave sous les Tropiques.

Comme nous sommes un peuple de « Babakoto » (lémuriens paresseux), il est tout à fait normal que nous ne soyons payés que 30 Euros par mois.

Notre pays est un paradis (pour les étrangers). Et nous avons tort de râler car notre vraie vocation, c’est de chanter et danser sous les cocotiers (pour les touristes).

 

 

Alain Rajaonarivony

 

 


Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

Faly 14/01/2009 12:16

Ravalomanana n'a plus besoin de soutien du peuple avec cet amendement de constitution, il n'a qu' à acheter ses quelques adversaires potentiels (02 ou 03 au maximum) qui n'attendent que le financement de l'Etat pour survivre. Si ces personnes là résistent à la tentation, il n'a qu'à creer une guerre intestinale au sein de la partie adverse.La dictature s'instale fermement à Madagascar, on sait depuis toujours que les candidats TIM ne représentent pas les aspirations de ses bases, il y avait toujours des candidats parachutés

rafan 14/01/2009 06:55

On sens bien le dépit et le ras-le-bol dans l'article, malheureusement la situation est telle qu'on en a presque honte. C'est vrais que le comportement du president malagasy nous ramène au 17ème ou 18ème siècle, au temps de la monarchie.D'ailleurs ce partenariat qui frise l'indécence entre l'etat et certaines églises n'est pas sans rappeler la naissance de l'inquisition dans l'histoire.Ce qui m'inquiète, c'est de penser que les habitudes en ces temps là etaient la violence, tant du coté de l'opposition (complot, assassinat) que du coté du pouvoir (guillotine, pendaison).D'ailleurs, on ne peut s'empecher de penser 'sorcière' quand nos gouvernants parlent de 'terroriste', mais est ce qu'il savent vraiment ce que c 'est le 'vrais' terrorisme, si on doit en arriver là?