Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 01:53



Ce lundi 23 février a eu lieu la seconde rencontre entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Comme la première fois, l’endroit a été tenu secret jusqu’au dernier moment. Les deux hommes ont pu se parler pendant une heure au complexe hôtelier  «Hintsy» d’Ambohimanambola. Enfin, « se parler » est peut-être un terme inadéquat car le jeune Maire est sorti furieux, se plaignant de l’attitude du Président.

 

Ce dernier ne lui en aurait pas laissé placer une, monopolisant la parole et le soûlant avec le Map (Plan d’action pour Madagascar concocté par l’équipe du Président) et le sommet de l’Union Africaine prévue pour le mois de Juillet qui semble être la priorité absolue pour le pouvoir. Le chef de l’Etat a eu tout loisir d’exposer ce qui lui tenait à cœur.

 

Le Maire a ensuite tenté d’avancer ses desiderata, la libération de l’ancien ministre Jean Théodore Ranjivason arrêté vendredi soir, l’accès des opposants aux médias nationaux TVM et RNM, la démission des membres du gouvernement, le renvoi du PDS (président de délégation spéciale) Guy Rivo Randrianarisoa… Mais l’heure ayant tourné, tout cela fut remis à la prochaine réunion.

 

Bref, ce fut davantage un monologue qu’une négociation. Andry Rajoelina a demandé un respect de l’ordre du jour auprès de la FFKM (Conseil œcuménique des Eglises), faisant office de médiateurs, pour éviter la même mésaventure.

 

Un autre rendez-vous est pris pour aujourd’hui, mais le Maire a prévenu que s’il devait se dérouler comme le précédent, il quitterait la table des négociations.

 

Le résultat immédiat de cette attitude présidentielle, aussitôt connue, fut une remobilisation de l’opposition. Toutes les tendances, jusque là disparates et tirant à hue et à dia, ont décidé de mettre en commun leurs forces. Cela donnera naissance à un mouvement d’envergure qui s’étendra à tout Madagascar si elles arrivent effectivement à s’unir.

 

La population n’en peut plus de l’attitude des responsables du pays qui font un pas en avant pour deux en arrière. Le 24 février sera donc la rencontre de la dernière chance et on peut dire que l’issue dépendra essentiellement de l’attitude de Marc Ravalomanana.

 

Pour l’instant, les riverains de la RN2 allant de Tamatave à Antananarivo ont vu passer un convoi militaire composé de  plusieurs porte-containers et de 2 chars.

 

Et la SADC (Southern African Development Community) à qui personne n'a rien demandé (à moins que...) se déclare prête à envoyer une brigade en alerte (BEA) pour aider à maintenir la paix dans la Grande Ile. Cette annonce a été faite à Luanda le week-end dernier par le chef de la mission de l'exercice Golfinho Fase1 «Mapex» de la SADC, Matthendele Moses Dlamini.

 

Des troupes africaines tentant de débarquer à Madagascar, même avec les meilleures intentions, provoquerait une levée de boucliers qui signera la fin de ce régime. Les Malagasy n’accepteront pas de se laisser dicter leur conduite par qui ce soit, l’histoire l’a assez démontré. Et jusqu’à preuve du contraire, il existe toujours une armée nationale même si Marc Ravalomanana a tout fait pour l’affaiblir.

 

Ce sont en tout cas autant de mauvais signaux. Et c’est dans ce contexte qu’«Africa Intelligence » révèle le nom du futur ambassadeur de France accrédité dans la Grande Ile. Il s’agirait de Jean-Marc Châtaigner.

 

L’ambassadeur américain Niels Marquardt considère que «la situation est critique» et «qu’il n’y a plus de temps à perdre».

 

Comme beaucoup de journalistes, je dispose de différentes sources, y compris au sein du mouvement de contestation. Nos conversations sont bien sûr écoutées, ce qui a fini par devenir un sujet de rigolade tellement c’était flagrant. Depuis quelques jours, la technique s’est affinée. Sur certains numéros, le brouillage est tellement efficace que mon interlocuteur n’arrive plus à m’entendre. Il me fait donc des comptes-rendus à l’aveugle, en me répétant de temps en temps, «tant que tu ne raccroches pas, je sais que tu m’entends». Pour réduire la pauvreté, le pouvoir n’est pas très efficace, par contre, il s’améliore de plus en plus dans la répression. Cela augure mal de l’avenir.

 


Alain Rajaonarivony

 

 

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

Randrianjohany 24/02/2009 11:49

Bonjour,Je suis plutôt d'accord sur le fait que le Président Ravalomanana a beaucoup de ressources et d'expériences mais il les utilise de façon inadéquate, au mauvais moment et contre la mauvaise personne.Même si les deux protagonistes n'ont pas fait d'étude politique ca se voit par leurs actions que Ravalomanana a plus d'expérience que Andry, de ce fait il ne devrait pas jouer sa politique contre Andry mais surtout écouter la population. Il peut encore inverser la tendance et agissant de la sorte. Grâce à l'intérêt particulier qu'il a donné à Andry, le Président s'est lui même mis dans le piège car ca lui a donné plus d'importance aux yeux des autres.Je n'ai rien contre Andry, il était même mon idole au vu de ses succès, mais je dois admettre qu'il a fait pas mal d'erreur stratégique et politique. Monsieur Andry, ce n'est pas en une année d'électorat à la tête de la Mairie que vous pouvez prétendre contenir un mouvement de masse, la politique ca s'apprend en école et en expérience, pour le moment vous n'avez ni l'un ni l'autre que je sache. Pour moi vos revendications premières étaient nobles et justifiées (surtout la question Daewoo), mais après vous avez trop dévié et ca entraine le carnage logique.Compte tenu de votre manque d'expérience la moindre des choses c'est de bien s'entourer de personnes qui ont de l'expérience, j'étais vraiment étonné de vos propos et réactions, à dire que vos conseillers ne sont pas du tout expérimentés.Bref, je suis tout à fait d'accord que le succès de Madagascar repose beaucoup sur l'Amour du pays et des compétences à le gouverner.Je suis en France depuis pas mal de temps et ici je suis plus touché par la misère des malgaches que quand j'étais là bas, c'est en prenant du recul qu'on a conscience de se tourner vers les autres, l'humilité et la maitrise de soi peut aider à mieux réfléchir et de ne pas foncer dans le tas.Merci et bon courage à tous les malgaches qui aiment Madagascar