Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 17:33


Le Conseil d’état s’est donc défaussé ce 22 octobre. Il a refusé de trancher dans le différend opposant Andry Rajoelina à Roindefo Monja. La cour a argué de son «incompétence» à apporter une réponse sur le fond : qui était le plus illégal des deux ? Un président putschiste qui n’est pas encore reconnu officiellement comme dirigeant de la nouvelle transition consensuelle ? Ou son Premier ministre nommé sur la place du 13 mai le 7 février, tous les deux ayant ensuite entraîné la foule au massacre devant le palais présidentiel ?

 

Toujours est-il que le nouveau premier-ministre Eugène Mangalaza, adoubé par le GIC (Groupe de contact international) a repris aussitôt l’avion pour Paris dès que le conflit a éclaté entre les deux «amis». Ce qui a obligé Andry Rajoelina à nommer un premier-ministre par intérim en la personne de Cécile Manorohanta, la ministre de l’intérieur, nomination elle-même sujette à caution. Mais plus rien ne suit les normes légales et juridiques à Madagascar. Car si Roindefo Monja n’est plus premier ministre depuis le 10 octobre, son gouvernement aurait dû démissionner. De «l’extra-constitutionnel», on aboutit fatalement à «l’extra-juridique» qui débouche logiquement sur un aveu d’incompétence des magistrats désirant encore appliquer les lois. La ministre de la «justice» n’a pas manqué d’ailleurs de faire pression sur la cour.

 

La seule loi qui a conduit à cette situation, c’est celle des kalachnichovs de la partie mutinée de l’armée. Tout le reste n’est que sophisme ! Ce postulat explique pourquoi il est si difficile de retrouver les normes du droit international dans la gouvernance. Les militaires  qui occupent des fonctions ministérielles semblent certains de retrouver leurs postes et se paient maintenant le luxe de rester en retrait de cette bataille politique. Ce n’est pas le cas de tout le monde, et les ministres en sursis se démènent actuellement dans tous les sens.

 

Madagascar dispose donc de 3 Premier-ministres, plus ou moins «illégaux» selon la lecture qu’on veut faire de la loi. Le seul Premier-ministre légal, Manandafy Rakotonirina, nommé par Marc Ravalomanana quand ce dernier était encore le seul chef d’état reconnu par la communauté internationale, a été mis hors-jeu après sa mise en résidence surveillée.

 

On peut rendre justice, c’est le cas de le dire, à Roindefo Monja, d’avoir suivi la voie légale pour tenter de régler son problème avec Andry Rajoelina. Il s’est tout de même retranché à Mahazoarivo, le palais de la Primature, avec sa garde fortement armée et motivée en attendant le verdict. Cela a aidé les «autres» d’en face à jouer le jeu des joutes oratoires au lieu d’envoyer la FIS (Force d’intervention spéciale) comme à l’accoutumée. Une spirale vertueuse, le retour vers une normalité démocratique, a été enclenchée, à cause de (ou grâce à) la résistance de Monja. Le feuilleton n’est pas fini car l’ex-toujours Premier ministre, dès le lendemain 23 octobre, a fait part de son intention d’introduire un recours en annulation pour vice de procédure, tout en invoquant l’état de droit. Il ne quittera son poste qu’après la réunion d’Addis-Abeba prévue vers le 3 novembre où les 4 mouvances signifieront officiellement qui doit occuper la Présidence, la vice-présidence et la primature de la nouvelle transition consensuelle.

 

 Roindefo Monja s’est plaint amèrement des propos de certains journalistes. On n’est jamais mieux trahi que par les siens, et si la plupart des médias se sont contentés de rapporter leurs dissensions, le quotidien «La Vérité» et le site «Madagate» ont parlé de sa «trahison» en des termes très durs. Militants, ce sont plus des médias d’opinions que d’informations. La polémique entre Fox News et l’administration Obama a permis au grand public ce mois-ci de mieux appréhender la différence entre les deux. Barack Obama est Prix Nobel de la Paix depuis le 9 octobre 2009 «pour ses efforts extraordinaires en faveur du renforcement de la diplomatie et de la coopération internationales entre les peuples», dixit le jury. Cela n’empêche pas Fox News de le descendre consciencieusement à chaque édition. L’idéologie primant sur l’honnête analyse, la chaîne casse du Barack  tout en taisant pudiquement les faiblesses des Républicains.

 

Les propagandistes et les journalistes ne jouent pas dans la même cour. Si les premiers sont souvent polémiques, parfois haineux, les autres sont astreints à une certaine sobriété, d’autant qu’une carte de presse n’a jamais fait un bon gilet pare-balles. Quand une junte militaro-civile est au pouvoir, le reflexe est plus à l’auto-censure qu’aux grandes emphases. On a assez parlé des exploits du CAPSAT et de la FIS (force d’intervention spéciale). Madagascar a connu une chute vertigineuse dans le classement de Reporters sans frontières. Tous les critères de liberté sont au rouge : insécurité, menaces, censures, fermetures de médias, emprisonnements de journalistes voire meurtre. La Grande Ile passe de la 95ème place sur 173 en 2008 à la 134ème sur 175 en 2009.

 

Au niveau économique, la descente aux enfers continue. L’Ariary  a crevé le plafond de 3000 Ar pour 1 Euro officiellement depuis le 15 octobre (contre 2400 Ar pour 1 Euro avant la crise) et continue sa glissade. La raréfaction des devises fait les beaux jours du change parallèle. Le secteur touristique est totalement sinistré. Le pays avait reçu 400.000 visiteurs en 2008, chiffre qui aurait dû doubler dans les 3 ans. La HAT (Haute autorité de transition) table sur 150.000 touristes pour cette année, une prévision plus qu’optimiste, soit 3 fois moins que les projections d’avant crise. Cela signifie plusieurs dizaines de milliers d’emplois perdus. Le textile attend dans l’angoisse la fin des négociations. En cas d’échec et de maintien de l’embargo, ce sera des centaines de milliers de personnes, les employés des zones franches et leurs familles, qui seront touchées à court terme. Pour la première fois, ce mois-ci, les fonctionnaires ont un retard dans la perception de leurs salaires. Les seuls à ne pas se plaindre sont l’armée et la police : nouveaux équipements, primes et surprimes, promotions, augmentations des soldes, tout va bien.

 

Un motif d’optimisme dans cette sinistrose : Le haut débit (l’ADSL) arrivera enfin à Antananarivo, grâce à Orange, dans les prochains jours. L’opérateur français aura réussi son challenge lancé en mars 2008. Marc Ravalomanana savait mieux que personne ce qu’il doit à Internet, et depuis 2002, on annonçait une liaison par câble, toujours reportée. Ce temps perdu, dû à un manque évident de volonté politique, aurait peut-être permis à Tiko de prendre pied dans ce domaine. En attendant, les Malgaches accumulaient les retards sur le reste du monde. Le haut débit, c’est des plateformes d’appels, des délocalisations de services, une incitation pour les sociétés en pointe utilisant systématiquement les transferts de données et de fichiers à s’installer… Ce que l’état malgache n’a pas été capable de faire en 7 ans, une société française l’a fait en un peu plus d’un an et pour peanuts, une trentaine de millions d’Euros (35 exactement), à comparer avec les 60 millions de dollars qu’a coûté Force One II aux contribuables. Il aura fallu le sommet de l’Union Africaine prévu pour le mois de juillet dernier, le haut débit étant prévu pour cet événement, pour que la connexion devienne effective. Notons que 90% de l’équipe d’ingénieurs qui procède aux installations sont des Malagasy, 100% en ce qui concerne la société informatique prestataire.

 

L’ADSL (ou «liaison numérique à débit asymétrique» en français)  permettra une connexion moins onéreuse et beaucoup plus rapide au reste de la planète. Elle prendra aussi une autre dimension pour les Malgaches, internet étant un espace de liberté. Ils pourront s’évader plus facilement en esprit pour échapper à une situation politique et une insularité devenues étouffantes. En attendant la vraie libération… aux élections où ils pourront enfin dire ce qu’ils pensent à tous ces individus qui prétendent parler en leur nom…

 

Photo 1 : Roindefo Monja sur la tribune du 13 mai, le 7 février 2009

Photo 2 : Le câblage sous-marin qui relie Madagascar au reste du monde

 

 

Alain Rajaonarivony




Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

kudeta 27/10/2009 15:10


"Seule une enquête indépendante permettrait de départager les responsabilités de chacun."

Aucune enquête sérieuse n'a été initiée par le gouvernement putshiste actuel ! le 07 février 2009, les responsables HAT eux-mêmes ne souhaitent plus en parler... les témoignages embarassants pour
HAT sont rapidement effacés.
http://madalibre.wordpress.com/2009/05/26/revelations-dun-garde-presidentiel-sur-le-7-fevrier/

Devant la gravité de l'événement, pourquoi il n'ya pas d'enquête crédible ? Les Malgaches réputés pour leur mora mora ont démontré leur très grande "hâtivité" ou célérité sur ce dossier.


Daniels 27/10/2009 13:49


Le president maladroit de l'epoque n'aurait pas du menacer les manifestants. Il aurait du calculer les consequences à l'avance. Il a decidé de s'imposer de par la force et non par le dialogue. Il a
engagé des tueurs etrangers face à un peuple qui n'avait plus rien a perdre. ...Desolé, Tout ce qui s'est passé c'est la faute du president de l'epoque. Et je regrette qu'une chose: c'est que des
gens qui s'averent de plus en plus "incompetents" essaient de prendre le pouvoir depuis plus de 8 mois. Ils s'embrouillent dans des debats completement hors-sujets et tombent un pays dans le
desastre.


Daniels 27/10/2009 12:38



Cher Alain,


votre phrase „... tous les deux ayant ensuite entraîné la foule au massacre devant le palais présidentiel ? ...“


Desolé cette formulation je la trouve choquante et honteuse. En democratie, lorsqu'un individu ou un groupe d'individu decide de manifester, dans la rue, son opinion. S'il se fait tirer dessus,
c'est celui qui a tiré qui est responsable du massacre, celui qui comme vous qui veulent inscinuer la culpabilité des responsables de la manif, n'ont rien compris à la democratie! Ce que
malheureusement beaucoup chez nous ne comprennent pas, c'est qu'en tolerant la repression, on se rend anti-democratique. … Je suis content de vous lire à chaque fois, même si je ne partage pas
forcement votre avis. Et je suis heureux de savoir qu'il y a beaucoup de gens qui on la possibilité d'exprimer leur opinions (quelles qu'elles soient).






Alain Rajaonarivony 27/10/2009 13:15


Bonjour,

J'ai condamné cette fusillade débile en son temps.
Ceci étant, il y a beaucoup de zones d'ombre sur cette journée du 7 février.
Quand Andry et Roindefo ont décidé de marcher sur le palais, la foule s'est scindée en deux et un bon nombre est resté sur la place du 13 mai. On savait que le Palais serait défendu. La veille, il
circulait déjà dans tout Tana qu'il y aurait un bain de sang. Je n'avais pas sorti l'info, croyant et espérant que l'annonce était destinée surtout à la dissuasion.
Lorsque le Général Dolin est sorti du palais en disant qu'il ne fallait pas avancer car "ils vont tirer", des meneurs politiques ont quand même donné l'ordre aux jeunes gens de tenter d'investir le
palais. Quand on est un politicien responsable, on ne fait pas courir des risques insensés à ses partisans.
Des personnes présentes à Ambotsirohotra me disaient en direct qu'il y avait des snipers en dehors du palais. Je n'y avais pas cru sur le coup.
Seule une enquête indépendante permettrait de départager les responsabilités de chacun.
En tout cas, la folie de la répression ne dispense pas les politiciens, avertis et conscients du danger, de leur propre reponsabilité. Le 7 février aurait pu être évité s'il n'y avait pas cette
marche sur le Palais pour essayer d'en prendre possession. Il ne s'agit plus là d'une simple manifestation.

Meilleures salutations.


antso 26/10/2009 00:02


Alain,
Pas de commentaire aujourd'hui, juste un petit encouragement et une requête. Les vrais journalistes comme vous sont notre fierté, poursuivez sue cette lancée. Mais de grâce, ne citez pas ces
propagandistes dans vos articles, ils ne le méritent pas.
Amicalement;
Antso.


achille52 25/10/2009 16:46


Je réserve encore mon optimisme sur le cable Lion, il faudra que les tarifs baissent considérablement tout en garantissant une bonne qualité de connexion, sinon cela ne sert à rien.

Les pertes d'emploi sont de plus en plus nombreux, de nombreuses entreprises dans la vanille ont fermées leurs portes avec les conséquence que cela implique. Une période très noire attend
Madagascar, et j'espère qu'on aura la force de tenir...