Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 21:43

 

 

Ils ont donc fini par signer cette… feuille de route, à 2 heures du matin le 17 septembre,  malgré un dernier baroud du déshonneur de la bande à Ratsirahonana qui a sorti un Notam (Notice To Air Men, «messages aux navigants») deux jours auparavant interdisant l’entrée de l’ancien chef de l’Etat sur le territoire national. Le texte paraphé, la version de Sandton, stipule en son article 20 le retour inconditionnel de tous les exilés et on voit mal comment un Notam courageusement non signé peut y contrevenir.

 

Le cinéma à l’arrivée de la délégation de la SADC, avec des jeunes payés et ramassés par une trentaine de bus, manifestant leur «hostilité» (celle des ultras de la HAT en fait), a été d’un ridicule au point que même les journaux locaux s’en sont moqués. Ces personnes, sensées être le «peuple», défendaient les intérêts des corrompus du pouvoir pour qui un accord signifie la fin de l’anarchie, de la spoliation en toute impunité des terres des paysans et de tous les trafics juteux….

 

Le premier moment de joie contenue passée (Maputo et Addis-Abeba sont passées par là) (voir article : «A défaut de grand pardon, le combat ou les élections»), tous les analystes retombent immédiatement sur terre. La crainte que les accords, comme leurs prédécesseurs, finissent à la poubelle est dans tous les esprits.

 

Andry-et-Mialy-CIMG7403.JPGMais ce protocole a une chance de tenir pour une raison simple. Andry l’a décidé, contre l’avis de Ratsirahonana (initiateur de tous les Notam passés et à venir) et de tous les ultras de son camp. Déjà la signature semble relever du miracle tant les démonstrations de refus initiées par ce groupe étaient spectaculaires (manifs, Notam, déclarations d’officiers ou de la ministre de la «justice», Christine Razanamahasoa). Mais il y a trois semaines, un évènement a ouvert les yeux du dirigeant de la Transition. Devant le cercueil de Nadine, il était décomposé tandis que sa femme pleurait à chaudes larmes. Ce n’était pas une opération de com.

 

Une de ses dernières entrevues avec la ministre de la Population et des Affaires sociales fut très «franche», une grosse séance de mise au point. Au moment où le gouvernement a instauré la Commission sociale (sous l’inspiration de la ministre), cette dernière avait décidé de prendre un rendez-vous avec Andry et l’a pour ainsi dire engueulé. Trop de litiges fonciers avaient fait déborder le vase. Hajo Andrianainarivelo, ministre de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire, était à l’origine de tous ces scandales. Mais il se sentait le «petit protégé» du président, lui avait-t-elle asséné, et de ce fait se croyait pratiquement intouchable. Elle lui a rappelé qu’elle était sa compagne de lutte des premiers instants (voir article : «Le cœur d’Antananarivo bat pour la liberté»). Si elle partait, la Transition n’avait plus lieu d’être étant donné que Roindefo Monja, le troisième compagnon de galère, n’était plus là non plus et critiquait désormais le pouvoir. Elle finira sa tirade en lui rappelant que lui pouvait partir en exil, alors qu’elle resterait là «jusqu’à son dernier souffle».  Andry serait resté «bouche bée» et a assuré qu’il ne s’enfuirait jamais. Le souvenir de cet entretien a sûrement pesé beaucoup plus lourd dans la décision que toutes les gesticulations des politiciens malgaches. Et s’il a décidé d’affronter son propre camp, c’est parce qu’il a passé un cap psychologiquement…

 

Andry Rajoelina est en train de s’affranchir de l’influence de ses mauvais génies, Norbert Ratsirahonana et ses sbires (Hajo, Christine, et autres généraux…). Par le plus grand des hasards, c’étaient aussi les pires ennemis de Nadine Ramaroson au sein de la HAT (voir article : «Nadine ne les gênera plus»).  Il ne s’agit pas maintenant que Marc Ravalomanana fasse encore l’imbécile comme à Maputo III (voir article : «Entre rires et honte, le désespoir»). Son sort est désormais lié à celui du président de la Transition, et s’il veut avoir une chance de revenir un jour, il lui faudra au contraire l’appuyer dans sa démarche. Les légalistes auraient tort de se réjouir de l’arrêt de la HCC (Haute Cour Constitutionnelle), stipulant qu’Andry Rajoelina, président non élu, ne dispose pas des prérogatives de chef suprême des armées. Sorti le 16 septembre, le jour même de la négociation des accords, cet avis est destiné à affaiblir le chef de la transition afin que les officiers putschistes puissent interdire le retour de Ravalomanana quand bien même Andry donnerait l’ordre contraire. La HCC est inféodée à Ratsirahonana, son ancien président, une évidence depuis le 17 mars  2009, jour de gloire de «l’extra-constitutionnalité» (voir article : «Ce n’est pas encore le mot de la fin»).

 

L’heure n’est pas aux élections présidentielles, mais à la consolidation de la paix et du retour à la normale, contre tous les maffieux en col blanc ou en uniforme d’origines diverses (karana, vazaha, chinois ou gasy). L’allocution radiotélévisée du 18 septembre où Andry a mentionné la solidarité comme seule vraie force de la nation pour se relever rappelait les accents de sa ministre de la Population.

 

Ce pays, qui rejette et tue les meilleurs de ses enfants, survit parce que ces derniers s’engagent et paient le prix fort, y compris celui du sang. A moins que Andry ne se fasse éliminer prématurément, ces sacrifices devront permettre au peuple, en particulier les plus modestes que Nadine voulait à tout prix défendre, de retrouver un peu de leur part de soleil…

 

Photo : Andry et Mialy Rajoelina devant le cercueil de Nadine. Andry a compris que le pouvoir, ce n’est pas seulement les tapis rouges et les réceptions glamour. 

 

 

Alain Rajaonarivony

 

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

Olombelona 04/10/2011 11:54



Cher Alain,


je sais que les circonstances qui t'ont induit à ecrire plus frequemment, ne sont pas rejouissantes. Je suis navré aussi pour le décès de la ministre des populations. Pour autant je dis que si
nous l'aimions et partagions ses idées, c'est aussi à nous tous de défendre et de faire progresser les valeurs qu'elle voilait partagere avec nous.


Je suis de ceux, qui se rejouissent toujours de te lire, relire et même parfois critiquer. Mais tu as ce talent de savoir exprimer et raconter avec une grande éloquance, ce qui se passe dans ce
pays. Ce que tu ecris est très proche de ce que beaucoup rescentent et parfois savent dans ce pays.


Merci d'ecrire, merci de continuer et merci de partager ton amour pour ce pays 


OG



racynt 21/09/2011 22:35



Malheureusement malgré ces accord on est toujours aussi pessimistes car apparemment la tristesse de Andry Rajoelina et sa détermination n'a pas suffit pour convaincre les dure de la HAT. Je suis
même à me demandé si cette mine effarée sur la photo n'exprime pas la peur qu'il a tout simplement, la peur des maffias autour de lui car si Nadine Ramaroson a été menacé, qui peut nous dire si
Andry Rajoelina aussi n'a pas été menacé par ces dure et en voyant le corps de la défunte il s'est tout simplement dit qu'il finira comme elle s'il a le malheur de dénoncer tous les malversations
de ces dures de la HAT.