Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 00:46

 

 

Ce 11 août 2011, Ralitera Andrianandraina, responsable de la sécurité de la HCC (Haute cour constitutionnelle) était libéré avec ses 4 co-accusés militaires par le tribunal d’Anosy, après presque 2 ans et demi de détention. Arrêtés le 27 avril 2009, incarcérés le 6 mai, ils n’avaient cessé de clamer leur innocence. Les motifs d’inculpation étaient un fourre-tout et comprenaient des actes de violences, des meurtres et même une tentative d’assassinat contre Andry Rajoelina. Les juges ont estimé qu’aucun dossier ne tenait, faute de preuve. Seul Ralitera a écopé d’un an pour détention illégale d’armes mais est ressorti libre étant donné qu’il a été détenu bien plus longtemps dans les geôles du pouvoir. La HAT avait tout fait pour retarder le procès.

 

Nadine Facebook 24051 100168283355237 100000861963680 2150Le même jour, la ministre de la Population et des affaires sociales, Nadine Ramaroson, dénonçait à partir de sa page Facebook les agissements du Général Ravalomanana, responsable de l’Emmo-Reg. Elle accuse ce dernier d’avoir menti pour justifier les arrestations violentes et arbitraires dont étaient victimes ses collaborateurs le 4 août 2011. Ces fonctionnaires étaient en mission pour comprendre le fonds du litige opposant des paysans expulsés de leurs terres par une société dénommée Bionexx. Derrière cette entreprise se trouve un homme d’affaires connu, Akbaraly.

 

« Ma version sur l’affaire Faharetana / BIONEXX et l’arrestation de mes collaborateurs » est écrite de la main de la ministre elle-même.

 

 

Ma version sur l’affaire Faharetana / BIONEXX et l’arrestation de mes collaborateurs

 

 

Vous avez été nombreux(ses) à avoir réagi et surtout à demander des éclaircissements sur cette énième affaire foncière opposant des paysans à une société privée étrangère. Je vous livre ci-après et dans les détails le déroulement des faits qui inclut l’arrestation humiliante, dégradante et discréditant de 3 membres de mon cabinet le 04 août 2011.

 

Les motifs évoqués :

- les membres du cabinet seraient entrés en effraction dans un domaine titré et borné

- ils  auraient distribué des terres au « FOKONOLONA »

- ils auraient clôturé les terres en question et   planté des drapeaux dessus

- ils  auraient incité le Fokonolona  à la rébellion

- ils  auraient forcé un barrage des gendarmes et auraient pris la fuite

- ils  auraient été interceptés à Ambatomirahavavy.

 

Ces informations ont été transmises par le Général RAVALOMANANA Richard par téléphone le Jeudi dans la soirée en réponse de ma demande d’explication.

 

Le vendredi 05 Août, j’ai demandé au Général RAVALOMANANA de recevoir mon Directeur de Cabinet, le Colonel RALAIVAO Pierre Louis Charles, signataire de l’ordre de mission, et Monsieur RAKOTONIRINA Angelo, Inspecteur du Cabinet, dans le bureau du Général RAVALOMANANA avec le chauffeur de la voiture 4X4 qui a emmené les missionnaires (les 3 membres de mon cabinet) sur place et un représentant du Fokonolona. Objet de cette visite : la confirmation que ces membres du cabinet étaient bel et bien  porteurs d’un ordre de mission pour constater sur terrain les doléances présentées par des représentants du Fokonolona qui étaient venus au Ministère. Ces représentants du Fokonolona étaient venus pendant trois mois, solliciter notre Ministère pour leur venir en aide.

 

Le lundi 08 Août 2011, avec tout le STAFF du Ministère, nous nous sommes rendus sur les lieux aux fins de recoupement des accusations portées à ces membres du Cabinet en présence des Autorités Locales (Adjoint Chef District, Maire, Chef Fokontany ) et accompagnés de journalistes. Il s’est avéré que les membres du Cabinet ne sont ni entrés en infraction dans le domaine en question, n’ont distribué de lopins de terres, ni clôturé des terrains ou planté des drapeaux. Ils sont venus écouter le Fokonolona, et ont demandé à s’entretenir avec les responsables de la Société exploitante dénommée « BIONEXX »  en présence de quatre gendarmes qui assuraient la sécurité de ladite société.

 

Selon les témoignages que nous avons recueillis sur place, aucune des accusations n’est fondée. Ils n’ont forcé aucun barrage mais ont dû contourner la route suite au fait qu’un tracteur de ladite société a été mis en travers de leur chemin. Ils ont dûment informé les quatre gendarmes qu’ils allaient déjeuner au village où ils ont été appréhendés par des éléments de la gendarmerie, et  emmenés dans l’un des deux véhicules 4X4 de la société BIONEXX et suivi en renfort par  deux camions entiers de gendarmes.

Nos membres du cabinet ont été brutalisés et poussés de force dans un des 4X4 de la société « BIONEXX » immatriculé 6866 TAH.

 

Il n’y a eu à aucun moment aucune incitation à la désobéissance civile ou à la rébellion. Le seul fait qui a été rapporté par les quatre gendarmes est que, la veille, le Fokonolona s’est couché devant le tracteur pour empêcher la destruction de leurs cultures.

 

Nous avons écouté les récits des représentants du Fokonolona à savoir l’historique du terrain et les raisons de leurs doléances, ce à quoi ils ont répondu qu’ils ont eu à faire à plusieurs sociétés :

1965 : CENTRE NATIONALE AVICOLE

1973 : FERME D’ETAT

1983 : LIMA HOLDING

1989 : MAGRI

1991 : PICOR  puis GENIA

2008 : SOPRAMAD

2010 : BIONEXX

 

Durant quarante ans, ils avaient exploité les terres en toute quiétude et même après la convention  obtenue par  LIMA HOLDING avec l’Etat. L’arrivée de la société BIONEXX  en 2009 aurait  tout remis en cause : cette société leur aurait demandé  soit  de quitter les terres soit de les louer à la société pour Ar 400,000 HTVA/Ha/An. Une poignée de  paysans de la commune voisine aurait accepté de payer ce loyer mais tout le  Fokonolona des Fokontany Fenomanana et Antanimarina ont refusé aux motifs qu’ils ne vont pas louer leur propre terre qu’ils ont mise en valeur depuis quarante ans  et pour faute de moyens. Faut-il encore préciser que ceux qui ont accepté de payer seraient des employés de BIONEXX. Il est également à noter qu’on parle d’une prétendue  décision d’expulsion alors que le Fokonolona n’a jamais été convoqué au Tribunal dans ce sens.

 

Ce Fokonolona a instamment prié le Ministère de la Population et des Affaires sociales de se pencher sur son cas depuis trois mois mais c’est la démolition de leurs habitations et de leurs tombeaux ancestraux qui a amené le Ministère à dépêcher une mission d’urgence sur place.

 

 

Nadine Ramaroson

Ministre de la Population et des Affaires sociales

 

 

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

elena 28/08/2011 17:49



Je viens d'apprendre la mort de Nadine Ramaroson:et c'est  de la tristesse que j'ai ressentie, bien qu'elle fasse partie de ce gouvernement de fils de putsch,elle avait toute ma sympathie
parce elle était correcte.A lors une pensée aussi à Alain Rajaonarivony qui était son ami!!!