Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 15:23

 

 

«Après tout, ce n’est que du football. Remettons les choses à leur juste place !» Les quelques commentateurs encore un peu lucides ont été balayés par la déferlante des passions et des politiques désireux de surfer sur l’évènement. Un dernier match, le 22 juin, a clos un périple désastreux des Bleus en Afrique du Sud dont l’équipe les a justement défaits par 2 buts à 1. Ce jour là, Itélé a dû inviter un journaliste de TropiquesFM, une radio antillaise de la région parisienne  parmi les commentateurs du match France-Afrique du Sud pour compenser un peu les dérapages clairement racistes de certains chroniqueurs et politiciens.

 

«Va te faire enc…, sale fils de p…» : c’était la belle formule qui barrait la Une de L’Equipe, qui, comme tout le monde le sait, est un titre dédié au sport et à ses valeurs (lesquelles ?). Leurs ventes, en chute, ont été boostées. Le 19 juin, Patrice Evra, le capitaine des Bleus, voulait chercher le «traître» qui a balancé aux journalistes des mots prononcés dans l’intimité d’un vestiaire. Le dimanche 20 juin, les Bleus faisaient la grève de l’entraînement, avant leur match contre l’Afrique du Sud. Leur communiqué avait été lu par Raymond Domenech, un coach réduit au rôle de pompier. Jean-Louis Valentin, un des directeurs de la fédération, présent sur le terrain à ce moment là, totalement effondré, a démissionné sur le champ.

 

Nicolas Sarkozy a jugé que les propos d’Anelka envers son entraîneur seraient «inacceptables» s’ils s’avéraient véridiques. Mais étant donné que lui-même avait lancé un «Casses-toi, pauvre con !» devant les caméras à un de ses concitoyens qui refusait de lui serrer la main, il n’a pas trop insisté sur le sujet, faisant montre d’indulgence. Dès son retour en France, le 24 juin, Thierry Henry rencontrait le Président à l’Elysée. Officiellement, c’est à la demande du capitaine désavoué des Bleus, officieusement, Nicolas Sarkozy tenait à connaître les dessous de l’affaire.

 

Le 28, Jean-Pierre Escalettes, président de la fédération française de football, présentait sa démission, le 29, le président de la FIFA, Sepp Blatter, mettait en garde le gouvernement français contre toute tentative d’ingérence dans la gestion du football : «La FFF peut compter sur la FIFA en cas d'ingérence politique même si c'est au niveau présidentiel, a assuré le président de la FIFA. C'est un message». Et le 30, Raymond Domenech était entendu par une commission parlementaire. Il a attribué le scandale à la Une de l’Equipe et «explique» : «...Ca marche ou pas. On est sur de l’humain».   

 

Néanmoins, la ministre des Sports, Roselyne Bachelot, considère que c’est un «désastre». Cette élimination au Mondial prend des airs de psychodrame national qui n’est pas prêt de se terminer. Alain Finkielkraut, philosophe et professeur à Polytechnique règle ses comptes avec la banlieue et n’hésite pas à parler de «décivilisation». Dans une remarquable inversion des causalités, il considère que «l’esprit des cités» (les zones d’immeubles populaires qui ceinturent les grandes villes) gangrène l’élite. Mais ce seraient plutôt les footballeurs qui seraient la caricature des hommes politiques.

 

Nouvel avion de Sarkozy 979372 p3Dominique de Villepin l’a insidieusement rappelé lors du lancement de son mouvement, «République Solidaire» le 19 juin : «Nous n’acceptons pas que le Kärcher tienne lieu de politique» a-t-il lancé. L’énarque élégant, l’ancien ministre des Affaires étrangères qui a rattrapé le coup en catastrophe en juillet 2002 à Madagascar, ne se sent pas beaucoup d’affinités avec le locataire actuel de l’Elysée qui voulait nettoyer au Kärcher les jeunes des quartiers.

 

Tout ceci se passe sur fond de polémiques impliquant le ministre du travail Eric Woerth, accusé de faire un mélange des genres entre «affaires publiques» et «affaires privées». Sa femme, qui vient de démissionner suite à cette controverse, était une collaboratrice de Liliane Bettencourt, la femme la plus riche de France, poursuivie pour «évasion fiscale». L’opposition veut la démission du ministre qui symboliserait la connivence entre les milieux d’affaires et les dirigeants politiques, en vogue depuis l’arrivée de Sarkozy au pouvoir.

 

Au milieu de toutes ces turbulences, le président pourra se consoler avec son nouveau Force One, un Airbus A330-200, qui coûtera 176 millions d’Euros au contribuable français et dont l’heure de vol reviendra à 20000 Euros au lieu 8000 pour un appareil ordinaire. Il restera une soixantaine de fauteuils business sur les 324 places initiales. Il fallait de l'espace pour la chambre à coucher avec douche, la salle de réunion et le mini-bloc opératoire… Les journaux français se gaussent abondamment de ce nouveau joujou «façon Roi-Soleil». Juste pour rire, je vous renvoie à l’article sur le Force One de Ravalomanana, à 60 millions de dollars et qui lui a valu de se retrouver en exil… La différence essentielle réside dans la transparence de la transaction…

 

Andry Rajoelina en uniforme style Michael JacksonEt du côté de la Grande Ile? Tout va bien, merci. La fête de l’Indépendance s’est bien déroulée, autant au pays que dans les ambassades. Andry Rajoelina n’a pas eu le droit de passer les troupes en revue car un certain nombre d’officiers ne lui reconnaît pas le titre de «chef suprême des armées», apanage d’un «président élu». Il a donc mis un uniforme, façon Michael Jackson, et arboré toutes ses breloques de chef d’Etat, pour son discours à la nation. Il est vrai que le chef de la transition est un fan du «Roi de la pop» décédé un 25 juin, soit à un jour près, à la date-anniversaire de l’Indépendance. Tout en faisant son boulot de chef d’état, il a pu rendre hommage à son idole. D’ailleurs, le couple présidentiel a pu assister aux concerts de Kassav, de Big Ali (un rappeur américain) et invité des artistes à la maison.

 

A Paris, plusieurs centaines de personnes ont pu fêter l’Indépendance à la résidence de l’ambassadeur. Il n’y a plus d’ambassadeur de Madagascar accrédité, depuis que la HAT (Haute autorité de transition) a viré le dernier, il y a plus d’un an. Mais les ressortissants malgaches ont pu profiter de sa propriété. L’un des organisateurs, Organès Rakotovao, un responsable du TGV Europe, voulait une «fête pour tous les Malgaches… S’il y a des dissensions avec les GTT (mouvement légaliste), ça nous regarde ! Personne d’autre ne doit s’en mêler !». A priori, il a réussi son challenge. Le service d’ordre était important mais ce fut plutôt convivial. Il y avait plus de policiers français (dix cars de police) que de manifestants légalistes qui avaient fait une apparition dans la matinée.

 

DSCF3491DSCF3545

 

 

Une quarantaine de militaires de la Grande Ile qui doivent défiler pour le 14 juillet sont depuis hier à Paris. 36 officiers malgaches ont été décorés pour «service rendu à la France». 8 militaires français ont reçu en retour des distinctions, on ne sait trop pourquoi. Roindefo Monja a profité de son séjour hexagonal pour déposer une gerbe au monument des soldats malgaches morts pour la France, au Bois de Vincennes. Et le ministre de l’Education est en train de détricoter complètement les réformes de Marc Ravalomanana pour s’aligner sur le système français. On revient aux trimestres au lieu des bimestres, et au Lycée, on aura désormais les filières S (scientifiques) et L (littéraires) comme en France. Quand on vous dit que tout va bien… !

 

Photo 1 : l'aménagement du nouvel avion de la Présidence française

Vignette : Andry Rajoelina en "uniforme"

Photos 2 et 3 : une belle réception à l'Ambassade, bien protégée par la police

 

 

Alain Rajaonarivony

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

observateur 08/07/2010 07:33



Vous nous aviez habitués à des articles sérieux et intéressants. Là, vous mélangez tout pour en sortir une soupe bien fade...dommage.


est-ce la lassitude?