Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 23:26


Hôtel Afrin à MaputoLe séjour à Maputo de politiciens malgaches dans cette ville qu’ils semblent apprécier (voir article précédent) s’est prolongé finalement bien au-delà de leurs prévisions. Devant rentrer le lundi 7 décembre, ils se sont accordés une journée de plus, histoire de fignoler une dernière lettre à adresser au Secrétaire Général des Nations Unies et au Premier-ministre du Danemark. Finalement, Andry Rajoelina leur a donné encore plus de rab en interdisant à l’avion d’Air Madagascar chargé de les ramener de décoller. Ils ont donc été pris en charge à l’hôtel Afrin par le pays hôte et la SADC. C’est un 5 étoiles, ils ont pu profiter de l’hospitalité mozambicaine et l’été austral est agréable. Ce samedi 12 décembre, ils ont tenté de prendre le vol régulier Johannesburg-Antananarivo sans plus de succès. Les autorités de fait de Madagascar semblent décidées à leur faire mieux connaître l’Afrique du Sud après le Mozambique.

 

Mais quelle idée aussi d’aller dénoncer le chef de l’état désigné, au titre de l’acte additionnel d’Addis-Abeba, en utilisant soi-même les titres de co-président, de président du Congrès ou du Conseil National de Réconciliation ? Autant il est légitime pour un collectif de citoyens, comme les GTT (légalistes) par exemple, de faire signer une pétition pour alerter l’opinion sur telle ou telle dérive de l’autorité, autant un homme d’état est tenu à un strict devoir de réserve. Accuser un président, alors qu’on est soi-même co-président ou haut responsable du même gouvernement, devant des dirigeants étrangers relève de la trahison. Ce n’est pas Andry Rajoelina qui est atteint mais la nation. On aura remarqué que seules les mouvances Zafy, par sa signature et celle de son co-président Emmanuel Rakotovahiny, et Ravalomanana, par le co-président Fetison Andrianirina et le président du Congrès Mamy Rakotoarivelo se sont impliquées officiellement dans cette démarche. L’objectif était d’empêcher la présence d’une délégation malgache conduite par Andry Rajoelina au sommet climatique de Copenhague.

 

La victime de cet acte «d’empêchement» a réagi très vigoureusement en bloquant le retour des contestataires au pays. Andry Rajoelina a surpris ses adversaires dont la mésaventure a fait rire la population. Si le ridicule tuait encore, il y aurait une hécatombe dans la classe politique. Depuis le début de cette crise, c’est-à-dire pratiquement un an maintenant, Marc Ravalomanana a toujours sous-estimé les capacités de réaction de son jeune challenger. Ce genre de faux-pas lui a déjà coûté cher et pourrait à terme lui être fatal.

 

La communauté internationale, par l’intermédiaire du GIC (Groupe de contact international) s’inquiète de toutes ces dérives et appelle à «s’abstenir de toute rhétorique ou intimidations provocatrices» dans un communiqué, le 11 décembre. L’Union africaine exprime sa profonde préoccupation devant le peu de progrès dans l’avancée du gouvernement d’union nationale.

 

Maputo III est à l’initiative du président mozambicain et de la SADC, convaincus par Marc Ravalomanana, et non du GIC comprenant les Nations Unies, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’Union Africaine, l’Union Européenne, les Etats-Unis entre autres. Ses conclusions n’engagent donc pas la communauté internationale qui a demandé une réunion de «haut niveau». A priori, elle devrait se tenir le 17 décembre à Antananarivo. Le GIC s’implique pour éviter la mort des accords. Les décisions des 3 mouvances à Maputo ont entraîné une réaction d’Andry Rajoelina, tenté de nommer un Premier-ministre militaire.

 

DSCF9642.JPGLe jeu malsain et dangereux des politiciens risque d’isoler complètement Madagascar. Dans un sondage lancé par Sobika.com le 11 décembre qui a vu la participation de plus de 4000 internautes en deux jours, le dégout (39%) et la honte (45%) sont les sentiments qui prédominent. La population est profondément écoeurée de ses dirigeants, toutes tendances confondues. La désespérance est telle qu’on commence à entendre parler de soulèvement violent ou de grève générale. En ces jours de fêtes, les gens n’aspirent plus qu’à vivre normalement et veulent en finir, à tout prix ! Les Américains viennent de prévenir que si d’ici le 15 décembre, les entités de la nouvelle transition n’étaient pas mises en place, la participation de la Grande Ile à l’AGOA était compromise. Cela signifie des dizaines de milliers de chômeurs en plus.

 

Pendant que les Malgaches sont en train de s’humilier et de se détruire les uns les autres, sur le site pétrolier de Bemolanga, «on» travaille 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Pauvres Malgaches dans un pays si riche !

 

Photo1 : l’Hôtel Afrin, un 5 étoiles de prestige à Maputo.

Photo2 : Antananarivo veut tout simplement vivre. Manèges sur l’avenue de l’Indépendance.

 

Alain Rajaonarivony

 

 

 

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

patton 13/12/2009 23:04


Plus on avance dans le temps, plus la situation politique devient pathétique et quoiqu'on dise ou lise, la source de tous les problemes est cet immature, gaté pourri de Rajoelina qui veut
monopoliser le pouvoir - Ses conseillers devraient lui dire qu'il est ni plus ni moins que ridicule et la risée de presque le monde entier. S'abriter derriere "le peuple " alors quil n'a meme pas
acquis le pouvoir par la voix du peuple !!!!
S'il ne faisait pas obstruction nette et claire des premiers accords, les autres ne seraient pas retournés a Maputo. Et s'il était de bonne foi, il y serait retouné aussi. Que la France qui a de
l'ascendent sur lui lui dise d'arreter son cirque  et d'utiliser Madagascar comme son dance floor.Ou sont passés les représentants de la SADC qui ont pris position ferme contre Rajoelina a New
York? Pourquoi ne les entendons nous plus ? On doit continuer a dénoncer sans relache les agissements de cette HAT qui n'a comme moteur que son ego et fait fi de la misere du peuple .
Le souhait de beaucoup de gens est le renouvellement total de la classe politique malgache: il doit bien y avoir d'autres gens de bonne volonté, vrais patriotes autres que Ratsiraka, Ravalomanana,
Rajoelina et leurs cliques respectives ?
A bon entendeur salut !!!


madbaobab 13/12/2009 23:00


Ce n'est pas la perte de l'Agoa qui va tuer Madagascar, mais le fait de compter dessus plutôt que de compter sur ses malgaches.
La honte, le dégoût, pour lutter contre ça il n'y a qu'une solution: faire soi-même
Alors tant qu'on l'appellera "Président" et qu'on voudra l'Agoa, l'aide de la France, de la CI ... 


kudeta 13/12/2009 19:28


Merci Alain pour les précisions.

@Achille,
du moment que l'on continue à appeler l'ado putshiste  "Monsieur Président", vos histoires d'Agoa ou de milliers de nouveaux sans emplois, il s'en tape.


achille52 13/12/2009 17:38


Une excellente analyse, mais je pense qu'Andry Rajoelina perd au change, car il risque d'être de plus en plus isolé en interdisant deux fois le retour des autres mouvances. La lettre des deux
mouvances n'était qu'une tentative de réaction au refus d'aller à Maputo, on peut dire qu'il a été bien servi.

Ce qui est navrant est que certains espère la fermeture de l'AGOA, car si cela arrive en pleine période de fêtes, le résultat risque d'être explosif dans tous les sens du terme.


kudeta 13/12/2009 14:41


Je n'ai pas entendu l'ancienne puissance coloniale dénoncer cet acte barbare (1 de plus !) de blocage de 3  mouvances pour rentrer au pays.


Encore une fois cette crise est à la base  une crise de richesse et non pas de pauvreté , je pense qu'Alain comprendra :-)


Alain Rajaonarivony 13/12/2009 17:38


Tout vient à point à qui sait attendre ou mieux vaut tard que jamais?


19H00 – GIC : L’ambassade de France à Madagascar appelle à ce que toutes les conditions soient rapidement réunies pour permettre à la prochaine réunion du
Groupe International de Contact, prévue à Tananarive le 17 décembre. Date : 13/12/09


 


18H39 – COMMUNIQUE : L’ambassade de France à Madagascar «forme le vœu pressant que cette mesure d’interdiction d’entrée sur le sol malgache soit levée dans les
meilleurs délais.» Date : 13/12/09


 


18H30 – France : Dans un communiqué officiel du 13 décembre, l’ambassade de France à Madagascar «regrette que le Premier ministre et les délégations des 3
mouvances, qui s’étaient réunis à Maputo, soient empêchés de revenir à Madagascar ». Date : 13/12/09


 


Source : Orange.mg