Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 12:30

 

 

Tenant parole et suivant la promesse qu’ils ont faite à Jean-Marc Koumba en prison (voir article précédent : «Jean-Marc Koumba – Marc Ravalomanana : Mensonges d’Etat»), les 2 témoins qui l’ont accusé se sont rétractés dans une lettre et sont revenus sur leurs dépositions. Ils expliquent comment les enquêteurs les ont obtenues.

 

Lila Koumba, la femme de Jean-Marc, s’est faite l’écho de leur déclaration lors d’une conférence de presse ce 29 novembre 2014.

 

Documents : Leur lettre originale, en malagasy, écrite sur 2 feuilles sorties clandestinement de la prison, suivie de la traduction en français.

 

 

Page 1 IMG 4125

 

Page 2 IMG 4126Maison centrale d’Antsiranana, le 27 Novembre 2014

 

Tompoko.

 

Ny alakamisy 23 octobre 2014 dia nalain’ny andiana mpitandro filaminana teo amin’ny toeram-piasanay teo amin’ny Aérodrome Antsirabe izahay mba hanaovana fanadihadiana fotsiny ihany raha ny nambaran’izy ireo ka telo notanana teny amin’ny «Groupement de la gendarmerie» Antanimenakely fa ny iray kosa nohidina «violon» avy hatrany teny Andranomadio.

 

Ny roalahy dia natao enquête ny 23 octobre 2014 ; Vonjy sy Haja ; Ny roa kosa dia natao ny 24 octobre nanomboka maraina ka hatramin’ny hariva.

 

Marihinay mazava fa, efa nanambara ny marina  hatramin’ny voalohany izahay izay niasa tamin’ny 12 octobre 2014 fa olona malagasy mainty fiodirana, lava ranjanana sy nofosana ary miteny malagasy madio tsy miakanakana na misy fangarony no tonga naka entana teo amin’ny TARMAC sy niresaka tamin’ilay mpanamory efa antitra sy osa izay nambaranay  fa any olona nivoaka tamin’ilay fiara manidina araka ny zava-misy marina natrehanay ; tamin’ny teny Anglais moa no nifempiresahan’izy ireo.

 

Tamin’io andro nanaovana enquête io ihany koa dia marihiko (NIAINA) fa nisy fotoana efa nasehon’ireo mpanao famotorana ahy ny sarin’i Mr Jean Marc Koumba ka nolaviko fa tsy io no olona naka ilay entana satria izay no marina.

 

Rehefa nandroso ny fotoana, dia nisy manam-bononahitra avy any Antananarivo tonga tany Antsirabe (lehiben’ny CIRGN) sy lehilahy iray manao palitao sy velondrirana  izany hoe olo manan-kaja raha ny fiheverako azy ary nampiantso ahy manokana tao amina birao kely mitokana (NIAINA). Nilaza tamiko izy ireo fa tsy misy dikany aminy ny aiko ary tena ho amboariny  raha toa ka tsy manondro ilay olona izay alain’ilay élément ho irahiny ; Ary izaho aza tamin’izay dia mbola niangavy azy nanao hoe : «Na izy na tsy izy ve tompoko dia tsimaintsy tondroiko». Ka novaliany sy ilay namany hoe : «Zay raha te ho avotra ny ain’ialahy». Maizina tamiko ny tany aman-danitra ka dia niaiky tsy satry ka rehefa tonga i Mr Jean Marc Koumba dia tsimaintsy nanondro.

 

Izaho (VONJY) efa vita enquête ary efa nihidy tany amin’ny violon Andranomadio dia nalaina indray ka nampidirina tao amin’ilay trano tsy mirehitra jiro ary andro diva efa maizina ka nanontaniana hoe : «Io ilay olona naka entana» ary namaly aho hoe tsy izy tompoko » ka nibetroka ireo manam-pahefana maromaro tao hoe : «Ekeo hoe izy io» nefa mbola nanda ny tenako ka tamin’izany no nanomboka ny tehamaina sy daka ary nolazaina fa ho tofiriny fa tsy misy dikany ainy na maty. Ko dia nanaiky tsy fidiny.

 

Marihinay fa nandritra izany fotoana izany dia nandeha ny opa sy teny ratsy ary ny toerana nasaina nanondroanay ilay olona dia toerana izay tsy misy jiro ary ny fiheveranay azy dia mamo izy ireo satria nisy tavoahangy toaka (J&B) sy vera nisy toaka tao ary nisy nitana vera.

 

Rehefa izany dia noraisina an-tsoratra indray izany ; nandritra ireo fotoana rehetra ireo dia efa tsy tompon’ny tenanay intsony izahay satria ny fikorontanan-tsaina sy ny tahotra no nibahantoerana satria tsy mba nisy na dia olona hankahery ny tenanay ; Tsy mba nisy afaka na dia hiantso ny fianakaviana aza ary na nisy tonga aza dia tsy afaka niresaka.

RAKOTOARISOA Vonjy

RAKOTONIAINA Solofo Jean Désiré 

 

 

Maison centrale d’Antsiranana, le 27 Novembre 2014

 

Mesdames, Messieurs,

 

Le jeudi 23 octobre, les forces de l’ordre sont venues sur notre lieu de travail à l’aérodrome d’Antsirabe et nous ont prié de les suivre pour une enquête de routine, nous ont-ils dit. Trois d’entre nous ont été emmenés au «Groupement de la Gendarmerie» d’Antanimenakely et l’un directement interné au «violon» d’Andranomadio.

 

Deux,  Vonjy et Haja, ont été enquêtés le 23 octobre 2014, les autres l’ont été le 24 octobre et cela du matin jusqu’au soir.

 

Nous soulignons que ceux d’entre nous en service le 12 octobre avaient déclaré, - et cela dès le début, au matin -, que l’individu qui avait réceptionné un colis sur le TARMAC et parlé au pilote, était noir de peau, grand, costaud et s’exprimait dans un malagasy parfait et sans accent. Lui et le pilote, déjà vieux et fatigué, avaient discuté en anglais. Nous avons vu et dit que ce colis appartenait à quelqu’un qui est descendu de l’avion.

 

Je précise également, moi, NIAINA, qu’en ce même jour de l’enquête, on m’avait déjà montré la photo de Mr Jean-Marc Koumba, et j’avais répondu que ce n’était pas la personne qui a réceptionné le colis car c’était simplement la vérité.

 

Plus tard dans la journée, des personnalités sont arrivées à Antsirabe, venant d’Antananarivo,  un officier (le chef de la CIRGN) et un homme en manteau et costume, sans doute un homme important me suis-je dit. Ils ont demandé à me parler (moi, NIAINA) en tête-à-tête dans un petit bureau à l’écart. Ils m’ont déclaré que ma vie ne valait rien pour eux et qu’ils allaient vraiment s’occuper de moi si je ne désignais pas la personne que leurs éléments allaient ramener. A ce moment là, j’ai encore essayé de les supplier : «Que ce soit la bonne personne ou non, suis-je obligé de dire que c’est elle ?». Et ils me répondirent : «C’est cela, si tu veux sauver ta peau !». Le ciel s’est obscurci pour moi et j’ai dû accepter sans le vouloir. Quand  Mr Jean-Marc Koumba est arrivé, j’ai dû le désigner.

 

Moi (VONJY), quand l’enquête fût finie et alors que j’étais déjà au violon d’Andranomadio, on m’a de nouveau fait venir. On m’a fait entrer dans une pièce où la lumière ne s’allumait pas et comme c’était déjà le crépuscule, il faisait sombre. Et on m’a posé la question : «C’est la personne qui a pris le colis ?» Et j’ai répondu : «Non, monsieur, ce n’est pas lui !». Plusieurs hauts responsables se mirent à vociférer : «Dis que c’est lui !». Comme je continuais mes dénégations, les gifles et les coups de pieds ont commencé à tomber et on m’avertit qu’on allait me tirer dessus, que même si je mourrais, ma vie n’avait aucune espèce d’importance. Je me suis résigné à acquiescer.

 

Nous soulignons que pendant ce laps de temps, les insultes pleuvaient. L’endroit d’où ils nous ont montré la personne était sans lumière et, à notre avis, ils étaient soûls parce qu’il y avait des bouteilles de whisky (J&B) et des verres d’alcool, et certains d’entre eux tenaient des verres.

 

Après cela, on a pris de nouveau nos dépositions par écrit. Pendant tout ce temps, nous n’étions plus maîtres de nous-mêmes. C’est la peur et l’angoisse qui nous taraudaient et occupaient nos esprits car nous n’avons pu nous appuyer sur personne. Nous n’avons même pas pu appeler nos familles, et quand elles se sont déplacées, elles n’ont pas obtenu l’autorisation de nous parler.

 

RAKOTOARISOA Vonjy

RAKOTONIAINA Solofo Jean Désiré  (Niaina) 

 

Alain Rajaonarivony

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires