Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 21:52

 

 

Le dernier délai pour le dépôt de candidature était fixé au dimanche 28 avril 2013. Et le jour fatidique, ils étaient encore près d’une dizaine à se précipiter pour tenter leur chance à ce gros loto que sont les élections présidentielles dans cette île de plus en plus abandonnée des dieux et cumulant tous les mauvais paramètres économiques, politiques et sociaux. C’est donc l’occasion unique de devenir milliardaire sans effort, ni qualification. Elle est offerte à presque tout le monde sauf à Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, victimes du «ni-ni», terme désignant leur retrait obligatoire du tirage de la cagnotte imposé par la communauté internationale. Il faut dire qu’ils ont déjà bien profité durant leurs années de règne de tous les abus, et ont été sommés de laisser la place à d’autres.

 

41 noms sur 48

 

Ils seront ainsi 48 à tenter de briguer le mandat présidentiel, un record du monde, qui confirme Madagascar à sa place de nation la plus ridicule de la planète, où quatre ans de gouvernance transitoire chaotique l’ont placé. Auparavant, les candidats devront passer quand même par les fourches caudines de la Cour électorale spéciale qui validera ou non leur participation.

 

«Il ferait mieux de s’occuper de sa campagne présidentielle», soupire mon vieil ami Jean Faure, ancien sénateur et ancien président du groupe d’amitié parlementaire franco-malgache. Je venais de lui apprendre que l’avocat d’Hajo Andrianainarivelo avait fait appel de la décision de la XVIIème chambre correctionnelle de Paris qui l’avait débouté de sa plainte contre moi (voir article précédent : «Vice-premier ministre contre le blog»). Hajo Andrianainarivelo fut en effet le premier à déposer son dossier pour tenter sa chance aux Présidentielles. Il a annoncé sa décision dès le 3 avril, c'est-à-dire le lendemain de la décision de la cour qui a suivi le ministère public, et donc l’état français. Il aurait pu s’arrêter là et s’occuper de choses plus importantes pour le pays, d’autant que dans son programme figure en bonne place «la promotion de la liberté d’expression». Mais ce procès semble lui tenir à cœur. C’est vrai qu’il n’a rien pu faire contre Alain Ramaroson, qui l’avait cité nommément dans sa conférence de presse sur l’affaire Nadine Ramaroson. Il a tenté, tardivement, de porter plainte contre lui en décembre 2012, mais a été désavoué par le premier-ministre Omer Beriziky lui-même, et sa démarche s’est finie en queue-de-poisson.

 

Alain Ramaroson, justement, voulait aussi se lancer dans la course à la Présidentielle, et m’avait fait part de ses intentions. Au dernier moment, il se ravisera pour garder une certaine dignité, me dira-t-il, et ne pas participer à une foire d’empoigne qui fait de nous la risée du monde. Il considère que dans ces conditions, aucune élection crédible ne peut se tenir.

 

Il y a de tout dans ces prétendants : des jeunes sympathiques sans aucune chance de gagner, un ex-sénateur condamné pour chèque sans provisions, un ministre fraîchement amnistié d’une condamnation de détournements de fonds, la femme d’un «former president» en exil après un coup d’état, un vieil amiral revenu vite fait au pays après un exil dû à quelques massacres, une flopée de putschistes sous la condamnation de la communauté internationale dont un vice-premier ministre, le maire désigné d’Antananarivo, un général, etc… Bref, que du beau monde…

 

Certains vont sans doute se désister, d’autres seront radiés par le CES, mais ce qui est sûr, c’est qu’il y aura des retournements et des tensions…

 

Fozaland* ? Yes, we can…

 

*Fozaland, nom donné à la Grande Ile par ceux qui sont écoeurés de la dégradation de la situation. De Foza, écrevisses, surnom des tenants de la révolution orange qui s’est muée ensuite en coup d’état militaro-civil.

Photo : Plaquette de TanaNews avec 48 noms. Me Avoko Rakotoarijaona s'est retiré, Alain Ramaroson a renoncé, sinon on aurait atteint le chiffre de 50 candidats. Le bulletin unique sera ingérable (photo TanaNews. Merci!)


 

Signature Hazo Tozzi Green JPEG

Document : signatures de Hajo Andrinainarivelo pour l’état malagasy et de Tozzi Green, une entreprise italienne, pour 7000 Hectares de terrain pris sur des villages, des cours d’eau, des pâturages, des tombeaux sur le plateau de l’Ihorombe le 17 août 2012. Les paysans tentent jusqu’à présent de résister contre l’accaparement de leurs terres. Un gouvernement transitoire ne doit pas signer ce genre de contrat d’autant que Marc Ravalomanana est tombé à cause de l’affaire Daewoo. C’est avec les «économies» de sa «famille» que le vice-premier ministre paierait sa campagne présidentielle. En sachant qu’il faut compter aux alentours de 8 millions d’Euros pour mener à bien ce genre d’action, on ne sait trop si tous les aspirants pourront compter sur une «famille» et laquelle…

 

Alain Rajaonarivony

 

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

sacha 30/08/2013 11:15


Oh waouh 48 candidats cela fait un beau nombre.Je ne crois qu'il obtiendrait le nombre de signatures.Ils pensent qu'etre un président c'est comme passé devant un guiché