Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 13:44


Mamy Rakotoarivelo, ancien vice-président de l’Assemblée nationale avait été choisi par la mouvance Ravalomanana à Addis-Abeba pour diriger le Congrès de la transition. Cette instance doit faire office de chambre basse, pendant les quelques mois de cohabitation préludant à la IVème République. Lors de la passation entre Jacques Sylla, ancien président de l’Assemblée, et lui-même, le 12 novembre, il a fait preuve d’un véritable esprit de conciliation et repris certains députés de son propre parti qui chahutaient son prédécesseur, qualifié de «traître». 

 

Les membres du Congrès qui représenteront le chef d’état sortant seront choisis parmi les anciens élus dont le mandat a été arbitrairement suspendu par la HAT (Haute autorité de transition) en mars, après le coup d’état. Ils sont au complet, contrairement aux autres mouvances, dont certains représentants ne savent pas encore s’ils seront ministres ou députés de la transition.

 

Mamy Rakotoarivelo se veut optimiste malgré tous les blocages actuels au niveau du gouvernement car, selon sa formule, «nous sommes tous co-responsables (les 4 mouvances)». Certains ministères sont particulièrement sensibles «car ils peuvent influencer directement sur le déroulement de la future campagne présidentielle» ajoute-t-il. Il s’agit notamment de la Justice, de la Défense nationale et de la Décentralisation. Pour le premier cité, «on pourrait envisager de mettre un magistrat qui serait une personnalité neutre». Il suit avec attention le dossier des prisonniers politiques.

 

Dès la formation du gouvernement consensuel et la mise en route des institutions de la nouvelle transition, «on pourrait envisager le retour du président Ravalomanana, conformément aux accords signés. Raisonnablement, on peut espérer ce retour pour janvier 2010». Venant de la bouche du nouveau responsable du Congrès, très proche de l’ancien président, on peut considérer que ce n‘est pas une simple supputation. Les événements risquent de s’accélérer.

 

Photo : Mamy Rakotoarivelo (au 1er plan) avec Marc Ravalomanana à Addis-Abeba le 6 Novembre (Sobika)

 

 

Alain Rajaonarivony

 

 

 

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires