Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 20:47

 

 

Le Mondial bat son plein en Afrique du Sud et pour une fois, les Malgaches sont au diapason du monde bien que leur équipe ait été éliminée depuis longtemps, dès la phase de qualifications. Un ressortissant de la Grande Ile peut s’enorgueillir de ne pas avoir raté ce rendez-vous en étant aux premières loges. Il s’agit de Marc Ravalomanana, l’ancien président en exil, qui a assisté au match d’ouverture opposant le pays-hôte au Mexique le 11 juin au Soccer City Stadium de Johannesburg dans la tribune officielle aux côtés de Jean Ping et Jacob Zuma. Des médias insulaires ont cru bon de préciser qu’il était dans les gradins du tout-venant, ce qui est évidemment faux. Mais il y a une certaine amertume du côté de la HAT (haute autorité de transition) à voir l’ancien chef d’état traité avec tous les honneurs dus à son rang alors qu’elle tente de l’humilier en permanence en le ravalant au rang d’un vulgaire criminel. Marc Ravalomanana a nettement marqué un point.

 

 

Ra8 et Zuma Blog

Soccer City Stadium

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les décisions de justice en faveur de la société Tiko sont systématiquement suspendues par la ministre de la justice, Christine Razanamahasoa. A l’inverse, toute condamnation est immédiatement exécutée. Dans le même temps, elle parle de l’extradition de l’ex-président alors même que la situation gravissime que traverse le pays exigerait de faire preuve de retenue. Ces gesticulations juridiques n’ont aucun sens car la HAT se condamnerait elle-même en ayant été l’instigatrice des troubles qui ont provoqué les répressions sanglantes. La tentative du 7 février d'envahir le Palais présidentiel recèle tellement de zones d’ombre qu’on ne peut que soupçonner une manipulation. D’autre part, elle a aussi réprimé dans le sang des manifestations pacifiques et procédé à des arrestations arbitraires ou des actes de torture. Tout ce juridisme qui n’a rien à voir avec la justice semble porter la marque du conseiller d’Andry Rajoelina, Norbert Ratsirahonana. Ce dernier maîtrise parfaitement les arcanes de la loi ; et pour cause, c’est un ancien haut magistrat. C’est à lui que l’on doit le terme de «changement de pouvoir extraconstitutionnel», doux euphémisme pour «coup de force» ou «coup d’état».

 

L’opposition ne désarme pas après plus d’un an de transition qui a mis à mal l’économie du pays et les institutions républicaines. Des troubles se sont produits à Tuléar cette semaine car Camille Vital, le premier ministre originaire de cette région, y a fait arrêter 4 de ses opposants. Et on parle une fois de plus d’une ultime rencontre entre les différentes mouvances qui se déroulerait cette fois-ci à l’Ile Maurice.

 

Le pouvoir de fait, mis en quarantaine par la communauté internationale, tente de faire bonne figure en préparant le 50ème anniversaire de l’indépendance. Andry Rajoelina se ferait même plaisir en téléphonant aux artistes étrangers pressentis pour animer les festivités. Mais pour la population, écrasée par le chômage et l’insécurité, le cœur n’y est pas. Il y a beaucoup moins de drapeaux sur les balcons et fenêtres, à croire que l’indépendance est de nouveau perdue.

 

Tromelin arton14185-054cfEt de fait, la France a marqué un coup au but magistral, non pas en Afrique du Sud mais non loin de là, à Tromelin. Alors que leurs adversaires, les Malgaches, cafouillaient dans leur ligne de défense à cause d’une mésentente, les Français, bien coordonnés dans l’attaque avec les Mauriciens, ouvrent le score contre le cours du jeu. Tétanisée, l’équipe de la Grande Ile n’arrive pas à organiser une contre-offensive efficace. Mais certains de leurs joueurs, voire même leur capitaine, sont soupçonnés d’avoir été soudoyés. Et leurs supporters crient au scandale, à l’exemple de tous les journaux malgaches qui dénoncent le coup de Jarnac français, à l’exception notable des médias pro-HAT.

 

Joyandet, secrétaire d’état à la coopération,  a annoncé triomphalement à la fin de la rencontre des responsables de la COI (Commission de l’Océan Indien), qui s’est déroulée à Saint-Denis de la Réunion, le 8 juin, que l’îlot de Tromelin sera désormais co-géré par la France et l’Ile Maurice. Or, ce territoire est revendiqué par Madagascar depuis l’indépendance. Il lui était d’ailleurs rattaché administrativement jusque là. Et les seuls habitants que cette île ait jamais connus étaient des esclaves malgaches abandonnés là par des marins négriers français. On peut ajouter que géographiquement, Madagascar est l’état le plus proche. Mais la Grande Ile est tellement déstabilisée que la France peut se permettre tous les forcings. Et sous prétexte de lutte contre la piraterie somalienne, elle veut revenir à Diego-Suarez sans bourse délier. Marc Ravalomanana avait envisagé l’utilisation de cette base par les Américains. Le désastre orchestré par la HAT fait le malheur de la population mais arrange bien les affaires du gouvernement français qui voit loin, en particulier la raréfaction des matières premières et des zones de pêche (voir article : «Coup d’état : les vrais enjeux»).

 

L’attitude ambiguë de la France a été souvent dénoncée par les diplomates (américains et européens), les médiateurs (SADC) ainsi que par les Malgaches eux-mêmes. Andry Rajoelina est caressé dans le sens du poil par quelques députés UMP (parti de droite), des responsables étatiques et des hommes d’affaires de l'Hexagone. Néanmoins, sa perception est négative pour la majorité de la classe politique française. Et dans son pays, il est de plus en plus haï pour son attitude irresponsable qui vire à la traîtrise. Il a encore trouvé le moyen de se féliciter des conclusions de la COI («la nécessité d’élections transparentes», formule sans grande portée concrète) mais n’a rien dit de la violation de souveraineté et du déni des lois internationales sur Tromelin. Il est vrai qu’il est occupé à programmer des artistes pour la fiesta de l’Indépendance.

 

Une bonne nouvelle quand même : il a plu dans le Sud où subsiste une disette endémique depuis que les Français y ont déclenché la première guerre biologique en 1923. Exaspérés par la résistance des autochtones qui utilisaient les raketa (les épineux ou figuiers de Barbarie ou oponces) pour se cacher et mener une guerre de maquis contre l’armée coloniale, les occupants ont fait appel à des scientifiques. Ces derniers ont déterminé quel était le genre d’insectes capables de ravager ces défenses naturelles. Ils ont donc introduit une cochenille, le Cactoblatis cactorum. Mais ces raketa fournissaient aussi une partie de l’alimentation et contribuaient à l’équilibre écologique. La région fut désertifiée et ne s’en est jamais relevée. Depuis, toute chenille est fady (tabou) dans ces contrées. Grâce aux pluies, si le seau d’eau est toujours payant dans l’Androy, son prix est passé de 400 Ar à 100 Ar, le manioc est devenu plus abordable et les cultures se sont étendues. Seul Dieu aurait-il pitié des Malgaches ?

 

Photo 1 et 2 : Marc Ravalomanana avec les VIP et les gradins du Soccer City, un des plus beaux stades d’Afrique (photo 1 récupérée sur Facebook. Merci à l’auteur !)

Vignette : l’îlot de Tromelin appartenant historiquement à Madagascar mais convoité par la France

 

mexique-11A l'instant, la France vient de se faire battre à plate-couture par le Mexique 2 à 0. Comme l'Afrique du Sud s'est fait étriller par l'Uruguay 3 à 0 hier, les 2 pays, parties prenantes dans la médiation de la crise malgache, sont pratiquement éliminés du Mondial. On attend qu'ils soient plus talentueux dans les négociations.

 

 

 

Alain Rajaonarivony

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

Nirina 22/06/2010 00:37



Merci pour l'article. C'est triste pour l'île de Tromelin, mais au fond ce n'est pas si grave. Quand Madagascar sera plus fort, elle trouvera les moyens de faire prévaloir ses droits.