Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 22:46

 

CES-En-tete-49-candidats.jpg

 

 

Andry-Nirina-Rajoelina-N-50.jpg49 candidats s’étaient inscrits dont 1, Me Avoko qui s’est désisté. Edgar Razafindravahy, le maire désigné (PDS) d’Antananarivo a fermé la marche à 2 minutes de la clôture des bureaux en ce dimanche 28 avril 2013 (voir article : «Présidentielles en république bananière»), par superstition peut-être. Oui, Edgar pensait que les derniers seront les premiers. Mais derrière lui, il y avait encore quelqu’un…

 

Le communiqué de la CES du vendredi 3 mai 2013 commence ainsi :

«Considérant que depuis le 6 jusqu’au 28 avril 2013 à dix-sept heures, date et heure d’expiration de dépôt de candidature prescrites par le décret n°2013-154 susvisé, quarante-neuf candidats, dont les noms suivent, ont déposé leurs dossiers par ordre d’arrivée, au greffe de la Cour, à savoir : …» 

 

Et très bizarrement finit par un candidat n°50 : Andry Nirina Rajoelina. A ses noms de scène connus comme DJ ou TGV, pour les moins méchants, un autre court désormais sur les réseaux sociaux : NINJA. Car il est resté caché mystérieusement et a surpris tout le monde, adversaires comme amis.

 

Sa candidature aurait été officieusement déposée le 3 mai au matin, hors délai par rapport à la date de clôture des inscriptions. C’est pour cela qu’on ne dispose d’aucune information dessus. Et toujours aussi officieusement, le prétexte était sa visite au Vatican à la fin du mois dernier, où il a rencontré le pape François 15 minutes le 26 avril. Et comme le relève TanaNews, qu’a-t-il fait entretemps ? Il était à… Paris.

 

Ce forcing, au mépris des accords signés et des règlements en vigueur ressemble tellement à une pantalonnade que même le terme de «coup d’état institutionnel» semble trop noble. Plus rien n’est respecté, ni la morale, ni les lois, on ne cherche même plus à sauver l’image. Bref, c’est Madagascar, mais en pire que dans le dessin animé du même nom. Aucun scénariste n’aurait osé imaginer cela, même pas pour le roi Julien (voir article : «Happy King Julien Day !»)…

 

Juges-corrompus.jpg

 

La corruption des juges de la CES est désormais avérée et publique. Sensés représenter l’élite morale et intellectuelle du pays, ils ne sont que le reflet fidèle de la déchéance spirituelle de dirigeants qui devraient êtres des sages mais qui n’ont plus aucune vision de ce qu’ils réservent à leurs descendants, la génération future. Se raccrochant à un présent matérialiste, quelques avantages financiers et honneurs surfaits, ces personnes sont déjà mortes moralement selon la conception malagasy : «Ny fanahy no maha olona». Derrière cette énième trahison du peuple, on pourrait sans doute retrouver Norbert Ratsirahonana, l’homme du «changement extra-constitutionnel»

 

Madagascar est devenue une immense piste de danse : 49 candidats déclarés à la Présidentielle, plus un 50ème, totalement hors-norme.

 

Menteurs, voleurs, tricheurs et assassins, en plus d’être corrompus et vendus à des intérêts étrangers, les politiciens gasy et la pseudo-élite qui gravite autour d'eux sont-ils vraiment représentatifs du peuple ? Andry Rajoelina aurait promis de retirer sa candidature si Lalao Ravalomanana retirait la sienne. On ne sait plus si on doit en rire ou en pleurer mais son comportement relève de l’irresponsabilité totale, et moins de la politique que de la psychologie. Marc Ravalomanana prévoirait de revenir en catastrophe…

 

Je réitère mon appel pour que l’armée soit désormais du côté du peuple, de tout le peuple (voir également article : «Refondation : l’armée malagasy aussi, svp !…») pour éviter tout drame dans les jours qui viennent, tant l’écoeurement chez la population est profond et violent…

 

Si les Malgaches ne veulent pas se lever pour dénoncer cette souillure du «Hasina malagasy» (les valeurs sacrées), alors ils peuvent continuer à danser. Plus personne ne peut rien faire pour eux….

 

Documents : Bla-bla de la Cour électorale spéciale qui se mélange les pinceaux : 49 candidats, 50 noms… (photo Facebook. Merci à l'auteur, Patrick Raharimanana, je crois, jeune candidat à la Présidentielle).

 

Photo : Juges, quels juges ? Ils amènent une malédiction sur le pays et les générations futures et ont droit à tous les noms d’oiseaux sur les réseaux sociaux, "vendus" et "corrompus" étant les plus sympas (photo récupérée sur Facebook).

 

Alain Rajaonarivony

 

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

pennsworld 12/05/2013 15:28


Vous savez, ce n'est pas facile pour les juges de la CES car pensez vous, ils sont pressés de tous les côtés.


Mettons nous un peu à leur place, si on avait menacé d'en prendre à leur vie, cela passait encore car ils auraient pu passé pour des martyres et entré dans l'histoire comme des héros. Mais il se
pourrait qu'on ait menacé d'en prendre à leur famille, donc ils n'ont pas vraiment eu le choix. Toute fois, ils auraient pu demissioner de leurs postes pour ne pas être mélés à ce combine.


Mais le mal est fait. Que peut-on dire d'autre?


De toute façon, accordons nous sur un point, on ne peut faire confiance à aucun de nos politiciens et leurs dérivés, ils n'ont font qu'à leur tête et oublient jusqu'à l'intérêt du peuple malagasy
pour protéger par tous les moyens leurs gagnes pains.

Koto sy Mbola 07/05/2013 06:17


ous le monde parle des gens du CES comme des vendu à la solde du President Rajoelina. Mon analyse est tout autre. Je pense qu’ils ont été contraint de prendre cette décision (menace physique ?,
menace de révélations des casseroles de chacun des membres, menace sur la famille…). Mr Honoré rakotomanana a indiqué dans la presse que le dossier a été déposé le 3/05 au matin c’est à dire
quelque heures avant la décision.Ce qu’ils ont écrit dans leurs décisions le demontre: 49 candidats inscrits vs 50 dossiers, Le nom du dernier inscrit sous forme Prénom Nom au lieu de Nom Prénom
pour les autres. Autant d’indice pour dire qu’il y aquelque chose d’anormal.Je considère cette décison comme un appel de detresse pour justifier qu’ils n’ont pas la main libre et surtout pour
prévenir ce qui pourrait ce passer au moment de l’éléction.Maintenant, que faut-il faire et comment répondre à cette appel de detresse ? That is the question.[Répondre]

Alain Rajaonarivony 07/05/2013 08:25



Si les juges avaient été menacés, ils auraient dû en avertir la presse tout de suite pour médiatiser l'affaire au lieu de sortir des décisions iniques. A ce niveau de responsabilité, on se doit
d'être très courageux, car la décision engage la nation. Que les juges dévoilent tout dans ce cas, qui a menacé et comment, et on pourra peut-être corriger certaines choses. L'armée vient de dire
qu'elle soutient l'indépendance des décisions de la justice. Quelle indépendance? Elle ferait mieux de protéger le peuple et de réfléchir aux propositions du FFKM...



Olombelona 06/05/2013 17:48


Ces enfantillages ou gamineries, de tout les camps, je ne me l'expliquerais que par la
peur accentués de ces personnages qui se veulent tant incontournables pour ce pays. Ce qui les chatouille, c'est le doute. Le doute de leur comptance et le doute sur eux-même. Plus les élections
se rapprochent, la chose s'accentue. Car jamais ils n'ont gagnés des élections sans tricher. Ils ont peur et ils ont raison. Mais dans la peur on agit en panique, et dans l'incohérence. Si le
PHAT et son entourages, de même que "Ra8" et ses brebis étaient sereins, ils attendraient 5 ans, point à la ligne! Mais lá, ...('mtss-tss-tss!) 5 ans sans logement gratuit, sans déplacement
gratuit, sans bakchich á gogo, sans actions boursières de remerciement á l’étranger, sans cadeaux en abondance des sociétés favorisés et « vary-bôjo » á gogo! Ce sera
serré-serré !