Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 15:21

 

 

Coluche---Pauvre-France-serait-le-veritable-slogan-395965_.jpgLes légalistes ont beau répéter depuis 3 ans, «la clé est avec Dada (surnom de l’ex-président Ravalomanana)», ils n’arrivent à rien pour l’instant. Leurs leaders ont trahi au fur et à mesure pour un poste de ministre ou d’autres places rentables. Quelques rentes de situation suffisaient à les retourner. Ceux qui ont intégré le dernier gouvernement Beriziky gardent quelque dignité mais ils sont en minorité. Quant aux militants, ils évitent les manifestations de rue à cause des risques d’affrontements avec des militaires sans scrupules. Cette peur arrange bien le pouvoir qui se soucie peu des Droits de l’Homme.

 

Marc Ravalomanana n’a pas plus la clé pour mettre fin à la crise et arrêter la destruction du pays qu’Andry Rajoelina dont, pour l’instant, le seul objectif est de se faire appeler «Monsieur le président». En ce sens, ce dernier a réussi même s’il est rejeté par la population et  la communauté internationale.  Mais il n’a pas la clé. Tout comme Ravalomanana en son temps, ses laudateurs l’enfoncent dans ses erreurs, histoire de continuer à profiter de la situation.

 

De plus en plus haï, Andry Rajoelina tient grâce aux kalachnikovs du Capsat et à la faiblesse de ses adversaires. Et surtout grâce au soutien de la France dont la diplomatie hypocrite vire à l’ignominie quand on voit dans quel état en est maintenant réduit le peuple malgache.

 

Nicolas Sarkozy, qui avait promis de mettre fin à la Francafrique en dénonçant les rapports incestueux entre les dirigeants africains et ceux de l’ex-métropole a, en fait, fait pire. Les interventions françaises en Côte-d’Ivoire ou en Libye, avec les dégâts collatéraux gravissimes au Mali et dans toute la sous-région resteront comme l’œuvre de la France. Bernard Henri Levy, intellectuel qui sait allégrement mélanger la défense des droits de l’homme et celle des intérêts d’Israël était monté au créneau pour demander la protection pour les «Libyens libres» de Benghazi. L’épopée a fini par l’assassinat commandité de Mouammar Kadhafi. Quant aux «Libyens libres», on s’aperçoit maintenant que ce sont des chefs de clans rétrogrades, dont certains sont affiliés à Al-Quaïda et qui se font la guerre entre eux. Mais BHL ne pipe plus mot devant les massacres de populations noires, qu’elles soient autochtones ou immigrées, dans la nouvelle Libye. Mouammar Kadhafi croyait en la force et en l’avenir de l’Afrique unie, et était populaire sur tout le continent noir. La diabolisation orchestrée par les occidentaux n’y changera rien.

 

Les Syriens sont en train de payer pour les bombardements effectués par les Français, en violation du mandat de l’Onu, en Libye. La Chine et la Russie n’acceptent plus les petites aventures colonialistes de la France et lui montrent qu’elle n’est pas grand-chose quand les vraies puissances s’opposent à elle.

 

Mais elle peut se permettre de faire de l’ingérence dans un pays comme Madagascar surtout lorsque l’armée combat son propre peuple. Raison pour laquelle la France a continué les provocations en multipliant les manœuvres militaires conjointes, les formations, les envois d’instructeurs (voir article : «Omer, l’impuissance tranquille») pour l’armée malgache au moment même où l’on dénonçait l’implication de cette dernière dans les répressions. Et pourtant, l’Hexagone avait quelque légitimité à s’intéresser à l’Ile du fait des liens affectifs très profonds et des intérêts communs importants. Mais au lieu d’apaiser les tensions et en retirer aussi bénéfice, elle les a au contraire exacerbées pour placer son pion, au détriment de la démocratie et de la stabilité du pays. Plus «françafricaine» comme démarche, on ne peut pas ! La France de Sarkozy a trahi les démocrates de la Grande Ile et les valeurs de la République. Les principes républicains sont universels et il n’y a aucune raison que les libertés qu’on reconnaît à un citoyen français deviennent caduques lorsqu’il s’agit d’un pauvre malgache.

 

En 2002, j’avais lancé un appel aux Franco-malgaches et aux amis de Madagascar pour qu’ils votent «Ecologie-les Verts» au 1er tour, étant donné que c’était le seul parti français qui avait soutenu la lutte du peuple malgache. Je l’avais fait à partir du site «Tiako-i-Madagasikara.org» (rien à voir avec le site TIM actuel).

 

Cette fois-ci, pour le 22 avril, les choses sont plus ouvertes et plusieurs candidats à la Présidentielle montrent un certain intérêt pour les diasporas franco-africaines car chaque voix va compter. La diaspora congolaise appelle à soutenir Marine Le Pen (extrême-droite, plus présentable qu’en 2002) qui a promis de mettre fin aux pratiques de la Françafrique.  François Hollande (PS) affirme que «le regard français sur l’Afrique doit changer». Eva Joly (Les Verts) appelle les jeunes à lutter contre le racisme et promet d’arrêter le pillage des multinationales en Afrique (voir aussi lien vidéo). Jean-Luc Melanchon (Gauche de la gauche) a condamné l’interventionnisme en Côte-d’Ivoire et lance une ode au «métissage» lors de sa campagne à Marseille le 14 avril. François Bayrou (Centre) insiste sur l'idée de développer l’aide à l’Afrique et de lutter contre la corruption…

 

L’Afrique est le continent d’avenir et tout le monde le sait, des Etats-Unis à la Chine en passant par les puissances en devenir (Brésil, Corée, Inde, etc…). Les chances de la France ne doivent pas être saccagées par la Françafrique. Car les Africains ont de la mémoire et commencent à réagir diplomatiquement et économiquement…

 

Photo : «La France forte» aurait sans doute fait rire Coluche, une des personnalités préférées des Français avec l’Abbé Pierre. Oui, «Pauvre France» serait un slogan plus adéquat (Photo et slogan  récupérés sur Facebook, merci à l’auteur !)

 

 

Alain Rajaonarivony

 

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

The Cyber Observer 16/04/2012 08:55


On ne le dira jamais assez: le vrai problème de Madagascar, c'est la France