Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 12:13

 

 

Le samedi 22 janvier 2022, à 18h57, Overblog m’a envoyé ce message de manière automatisée dans la rubrique « Report d’un abus ». En fait, ce message, je ne l’ai ouvert que bien plus tard, étant donné que c’était le week-end.

 

  Photo 1 : Le message qu'Overblog m'a fait parvenir.

 

 

« Bonjour,

 

Un visiteur de votre blog Le blog de Alain Rajaonarivony vient de reporter un abus sur l'une des pages de votre blog. Ci-dessous les informations de votre visiteur :

 

    Type d'abus : Atteinte aux marques, diffamation, atteinte à la vie privé ou droit à l'image d'un tiers

    Description : Madame, Monsieur, cet article est diffamatoire et propage des informations erronnés nous vous demandons de supprimer immédiatement cet article. A défaut nous vous poursuivrons en justice. Avec mes sincères salutations

    Raisons : Arterail a vendu des locomotives, mais elles ont été révisées et en parfait état de fonctionnement contrairement à l'article. je reste à votre disposition pour toue précision. bien cordialement

Si la plainte de votre visiteur est fondée, merci de bien vouloir supprimer texte, image, vidéo ou fichier mis en cause.

Afin de régler l'éventuel litige de façon amiable, merci de vous mettre en rapport avec l'auteur de la plainte si nécessaire.

Cet email vous a été envoyé automatiquement suite à un report d'abus sur votre blog : alainrajaonarivony.over-blog.com ».

 

 

C’est en fait le même système que sur Facebook lorsque qu’on signale une publication inappropriée ou violente. « Un tiers », - qui n’a pas signé et dont on n’a finalement pas la certitude  qu’il s’agit d’Arterail -, considère que les locomotives livrées à la FCE étaient « révisées et en parfait état de fonctionnement » et que l’article est « erroné » et « diffamatoire » Etant donné que cet interlocuteur cite Arterail, je vais donc me concentrer sur ce point. Il faudrait s’entendre sur les mots. Ce qui était dit dans l’article, c’est non pas que les locomotives ne fonctionnaient pas (elles roulaient en Espagne) mais qu’elles n’ont pas reçu les adaptations nécessaires, en particulier les freins-à-vide et les attelages pour être mises effectivement en service de manière autonome sur la FCE.

L’article, « 2nde partie : La FCE, Cosette en guenilles», ne laisse place à aucune ambiguïté à ce sujet :

 « Le contrat prévoyait quand même certaines mises-à-niveau comme la mise en place des freins-à-vide mais rien n’a été fait. D’où le fameux scandale des « locomotives sans frein ».
… En réalité, elles disposent d’un bon freinage, mais à air comprimé incompatible avec les freins-à-vide des wagons de la rame. (Voir les articles : «
Madagascar : TGV en mode années 60 ou vrai TGV ?» et «FCE : Le train freiné dans son élan»)
»

 

 

Photo 2 : Documents de 2019 précisant les préconisations pour les attelages et les freins-à-vide. Il y est précisé : "la fourniture des pompes à vide est incluse".

 

Dans ce document de septembre 2019, il est bien noté « en revanche,  la fourniture des pompes à vide est incluse ». Les freins-à-vide auraient alors dû être posés, sauf si évidemment, c’est la FCE elle-même ou ses techniciens qui ont renoncé à cette option. C’est une possibilité qui expliquerait que cela n’ait pas été fait. D’ailleurs, la non-mise en place des attelages et des freins-à-vide est relevée dans l’article mais n’est pas imputée à qui-que-ce soit.

 

Les techniciens de la FCE se sont débrouillés pour changer certains attelages mais n’ont jamais pu résoudre les problèmes de freins-à-vide.


 Dans ce document aussi, il est précisé que « la RENFE…doit planifier la révision des deux locomotives destinées à être exploité », ce qui n’est nullement remis en cause.

 

Cette absence de freins-à-vide a obligé la FCE à atteler la GE U10B immatriculée BB 1502 du 24 décembre 2020 jusqu’à fin juillet 2021 avec l’Alsthom AD12B BB 246 qui fournissait le freinage de la rame. A partir de cette date, fin juillet 2021, ce fut au tour de la BB 1503 de prendre place, toujours avec la BB 246, pour effectuer le service. Mais sans cette dernière, aucun train n’aurait pu rouler.

 

D’autre part, Arterail est juste cité comme le partenaire d’une autre société, Emergeo, qui est l’interlocutrice du Ministère des Transports.

 

Néanmoins, je vais essayer de contacter Arterail dès que possible pour entendre leurs versions et je vais mettre en stand-by l’article pour l’instant. Car l’objectif du blog est de donner des informations exactes.  En fonction de ma discussion avec Arterail, je remettrai l’article corrigé si nécessaire. Et en attendant, je leur ouvre le blog pour un Droit de réponse, s’ils le désirent.

Je pense que je ne peux pas être plus transparent et plus conciliant.

 

Ceci étant, le fond de l’article n’est pas Arterail mais le contexte politique malagasy de 2015 à 2019, le choix du matériel et les conditions d’achat des locomotives. Et surtout, il détaille la souffrance des cheminots de la FCE qui doivent se battre au jour le jour pour maintenir en vie la BB 246 qui pallie à l’absence de freins-à-vide sur les BB 1500 incapables de freiner les rames, qu’elles soient marchandises ou voyageurs (voitures ANF et anciennes voitures suisses).

 

Ajoutons à cela la détresse des usagers, obligés parfois de s’entasser dans des wagons marchandises par manque de place, à cause de l’insuffisance des trains.

 

L’article remanié retiendra les précisions que l’on me communiquera. J’ai peut-être un peu trop prématurément écrit « Fin » après le 3ème article de ma série : « Madarail-FCE, Cendrillon, Cosette et la déliquescence de l’Etat »…😊

 

Alain Rajaonarivony
 

 

Mise-à-jour du 28 janvier 2022

 

Après ma prise de contact avec la société Arterail le lundi 24 janvier, cette dernière a effectué une enquête interne. Le 26 janvier, elle m’informait que ce signalement n’émanait pas de ses services.

 

J’ignore si cette attaque sous false flag (faux drapeau) est l’œuvre d’un mauvais plaisantin, comme il en existe beaucoup sur les réseaux sociaux, ou de personnes ayant d’autres motivations. J’ai entrepris cette démarche de vérification auprès d’Arterail car l’éthique et la déontologie sont pour moi des valeurs importantes. Tout dans la formulation tendait à faire croire c’est elle qui était à l’origine du signalement, en s’estimant lésée « dans son image », aucune autre marque ou personne n’étant citée. Ce n’est pas le cas, l’article a été republié, sans modifications, en son lieu et place le 27 janvier 2022 :

Madarail- FCE : Cendrillon, Cosette et la déliquescence de l’Etat

2nde partie : La FCE, Cosette en guenilles.

 

Alain Rajaonarivony

Partager cet article
Repost0

commentaires