Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

14 janvier 2022 5 14 /01 /janvier /2022 08:51

 

 

 

2nde partie :  La FCE, Cosette en guenilles

 

1ère partie : Madarail, Cendrillon aux nouveaux habits

 

 

Pour la FCE, Andry Rajoelina a repris un projet de son prédécesseur Hery Rajaonarimampianina dont les techniciens étaient en négociation depuis 2015 avec la Feve, en Espagne, pour l’achat de 2 locomotives Alsthom AD16B (1600 cv) de 1981 mais entièrement réhabilitées (voir article : «Madagascar : TGV en mode années 60 ou vrai TGV ? »). 

Ce n’était pas un mauvais plan, les Alsthom sont connus des cheminots malagasy et Madarail avait fait la même opération en 2003 quand elle s’est installée à Madagascar. Elle avait acheté à l’époque sept AD12B d’occasion du Portugal. Remises à niveau, elles lui sont revenues à 500.000 Euros l’unité. (voir article : « Le prix des locomotives, le prix du développement»).

 

Photo 1 : Les Alsthom AD16B auraient été immatriculées BB 641 et 642 à la FCE

 

 

Mais, pas de bol pour la FCE, par magie (aah ! le surnaturel à Madagascar…😊), les AD16B de 1981 révisées se sont transformées en GE U10B vieux de plus de 50 ans (1964) en fin de potentiel. Le budget débloqué par le ministère des Transports est, par contre, resté conséquent.

Sur la facture d’achat figurait même encore des AD16B. Mais les petites mains du ministère (ah, ces miracles…😊) les ont transformé en Feve 1500, ce qui ne veut rien dire sur le plan technique (c’est le nom de la compagnie et la série d’immatriculation). Au début, le ministre lui-même semblait ignorer que les locomotives arrivées n’étaient pas des AD16B. Il a fallu qu’un technicien qualifié lui explique son erreur…

Si Madarail s’est adressé à «African Railway Systems » pour ses locomotives, la FCE, elle, a choisi «Emergeo». Sur le coup, je n’ai pas percuté et je me dis que c’est un prestataire européen que je ne connaissais pas. Je cherche sur Internet et je tombe sur une société dont le siège est à …Antananarivo, Villa Pradon. Son cœur de métier semble être plutôt l’aviation. Son capital est assez conséquent puisqu’il est de 100 milliards d’Ariary mais son site internet est difficile à trouver (...😁 ), contrairement à «Arterail», son partenaire qui s’est chargée du transport des machines. Arterail est une entreprise connue dans l’ingénierie et les systèmes ferroviaires. 

 

Photo 2 : Document Emergeo-Arterail de formation à la conduite des BB 1500 pour la FCE

Photo 3 : Facture Emergeo pour les GE U10B de la FCE

 

 

La facture initiale d’Emergeo au ministère des Transports s’élève à 14 milliards et 359 millions d’Ariary (14.359.000.000 Ar) pour les 2 locomotives GE U10B immatriculées 1503 et 1506 à la Feve, les 2 autres, les 1502 et 1508 ayant été offertes par les Espagnols.

 

Au taux officiel de 4200 Ar/1 Euro utilisé dans l’annexe 2 de l’avenant n°7 (pour garder une comparaison pertinente), ces 2 machines reviendraient ainsi à 3.418.810 euros, soit à l’unité 1.709.405 euros (1,7 millions d’euros). Pour des locomotives de 1964 que la FEVE prévoyait d’arrêter définitivement le 21 janvier 2020 (mise en expiration) et dont les consoeurs restées en Espagne (les 1505 et 1510) sont destinées au musée, c’est chaud ! Elles coûteraient donc  plus chères que les EMD G20-3 ultra-modernes et neuves de 1.900 cv (voir article précédent : «Madarail, Cendrillon aux nouveaux habits»).

 

Photo 4 : Cabine d'une "nouvelle" GE U10B à son arrivée à Fianarantsoa en Novembre 2020. A comparer avec le tableau de bord d'une EMD G20-3 de l'article précédent.

 

 

Les administrations ferroviaires européennes offrent parfois des locomotives pour éviter le coût du démantèlement très onéreux à cause des normes strictes. Et une locomotive en fin de potentiel ne vaut pas grand chose, quelques dizaines de milliers d’Euros.

 

Photo 5 : Les accords Emergeo-Arterail-FCE prévoyaient bien la mise en place des freins-à-vide pour les BB 1500, mais cela n'a pas été fait.

 

 

Le contrat prévoyait quand même certaines mises-à-niveau comme la mise en place des freins-à-vide mais rien n’a été fait. D’où le fameux scandale des « locomotives sans frein ». Par contre, les locomotives ont bien été peintes en…rouge et orange…😊

En réalité, elles disposent d’un bon freinage, mais à air comprimé incompatible avec les freins-à-vide des wagons de la rame. (Voir les articles : «Madagascar : TGV en mode années 60 ou vrai TGV ?» et «FCE : Le train freiné dans son élan»). 

 

 

Photo 6 : La locomotive Alsthom BB 246 en panne en décembre 2021

 

 

 

 

La FCE se retrouve ainsi avec des locomotives semi-opérationnelles depuis un an, étant donné que ces BB 1500 doivent toujours être attelées à l’Alsthom AD12B BB 246 qui assure seule le freinage de la rame.

Toute l’année 2021, la compagnie n’a pu mettre qu’un train en ligne à la fois. La BB 1502 (ex-Feve 1503) et la BB 1503 (ex-Feve 1506) se sont relayées à tour de rôle derrière la BB 246 dont la dernière Révision Générale remonte à 2008. Et quand cette dernière est tombée en panne le 4 novembre 2021, le trafic a été suspendu pendant plusieurs jours. Sans la BB 246, la FCE n’existe plus.

 

 

Photo 7 : La BB 1501 au dépôt qu'elle n'a pas quitté de toute l'année 2021 avec les "nouvelles voitures"... pour l'instant sans toilettes, ni attelages adaptés.

 

 

La BB 1501 (ex-Feve 1502) est restée à l’entrepôt toute l’année 2021. La Feve 1508 est destinée à devenir un magasin de pièces, bien qu’elle soit complète et parfaitement réparable.

En sus, la FCE a reçu des « nouvelles voitures panoramiques » (dixit l’ancien ministre des transports Joël Randriamandranto), en fait,  les anciennes rames Be 4/4 26 et Bt 152 datant de 1966, en fin de potentiel, de  la LEB (Chemin de fer Lausanne-Échallens-Bercher) que la compagnie avait décidé de remplacer. Traînant à Antananarivo depuis 2020, elles ont enfin été convoyées à Fianarantsoa, leur gare d’attache, en décembre 2021. Mais elles ne disposent toujours pas de toilettes, ni d’attelages compatibles et ne sont pas encore opérationnelles.

 

 

Photo 8 : Les rames Be 4/4 et Bt 152 ont fait leur course d'adieu sur la ligne du LEB le 02 févfier 2020, avant de partir à Madagascar et après 54 ans de bons et loyaux services.

 

 

Tout cela n’est vraiment pas rationnel et on peut se demander pourquoi la direction de la FCE ne se révolte pas  et ne réagit pas ? Est-il possible que certains de ses responsables aient un peu trempé leurs biscuits dans le café, même si ce sont d’autres qui ont bu le café, avec la grosse part de gâteau ? Le problème d’un petit poisson qui joue avec des requins, c’est qu’il risque de servir d’apéritif quand ça tourne mal. A Madagascar, la justice rame pour taper plus haut…😁

 

 

Photo 9 : Le 5 mai 2021, la conduite de frein de la voiture du président n'est pas raccordée à la BB 1502.

 

 

Ce sont ces locomotives qu’Andry Rajoelina a inauguré de manière très officielle le 5 mai 2021. Pour que le Président puisse effectuer un petit trajet, les cheminots ont dû atteler la voiture à la BB 1502 sans raccorder les conduites de frein, la seule locomotive freinant la rame. Bien que le risque soit infime sur quelques kilomètres, c’est contre les principes de sécurité de la RNCFM (et de toute autre compagnie ferroviaire, d’ailleurs). Et il s’agit quand même de sécurité présidentielle, mais on est à Madagascar…😊

 

A suivre

 

3ème partie : Le rail, pour l’amour du peuple

 

Alain Rajaonarivony

Partager cet article
Repost0

commentaires