Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 00:08


Antenne 2, ARTE, RFI, BFM Tv, I télé, TV5, etc…, Madagascar était partout. Le dossier spécial de France Inter le 5 février faisait un petit récapitulatif des évènements juste avant le « samedi sanglant » pour ceux qui auraient raté le début du feuilleton dont les Malgaches étaient les acteurs et victimes. Depuis, c’est du direct live et il faudrait le faire exprès pour ne pas savoir que cette île du bout du monde vit des heures dramatiques.


Dans Le JT de 20 heures d’Antenne 2 du vendredi 13 février, le dossier « Grand format » était consacré à la situation politique de la Grande Ile. L’envoyé spécial parlera à un moment de la longue file de jeunes gens venant se faire payer pour de la figuration au Stade de Mahamasina lors du meeting de soutien au Président. Ces quelques plans ont ridiculisé le pouvoir aux yeux du monde. La démonstration était destinée aux médiateurs internationaux présents dans la Capitale. Elle devait prouver la popularité du chef de l’Etat. La supercherie fut découverte.


De sont côté, ARTE a aussi analysé la tragédie que continue de vivre le pays en parlant d’ « une révolution orange qui vire au rouge », allusion à la couleur du FCD (Force pour le Changement démocratique) et au « samedi sanglant » le 7 février. Son reporter a eu droit à quelques exclusivités, dont une qui devrait rentrer dans les archives de l’histoire. Il a pu assister à la réunion du Maire avec les responsables de la « plateforme de l’opposition », qualifiés de « vieux routards ». On y remarque entre autres la présence du doyen, le pasteur Andriamanjato, dont le fils Ny Hasina a été nommé « ministre des Affaires étrangères de la Transition ». A un moment, un des participants, à la question  « jusqu’où êtes-vous prêt à aller ?… », aura cette réponse : «Face au peuple, on ne peut rien faire, c’est tout ! On pense que le gouvernement n’osera pas envoyer l’armée contre la population». Erreur fatale de jugement ! 


Samedi 14 Février, Antananarivo a connu deux manifestations concurrentes, l'une sur la place du 13 Mai pour l’opposition, l'autre au stade de Mahamasina pour le pouvoir. Marc Ravalomanana, présent cette fois-ci, a dans son discours en malgache proclamé «qu’il n’y a rien qui ne puisse être résolu par le dialogue ». Et en français, à la sortie du stade : « il faut négocier tout de suite. Il faut dialoguer, çà c’est vrai, c’est la solution. C’est la tradition malgache ». TV5 a rapporté ces scènes et ces propos en contraste total avec les menaces coutumières. Des billets de banque tout neufs, semblant sortir tout droit de la Banque, seront utilisés pour payer des personnes pour qui la présence au stade est devenue un gagne-pain.


Certains des participants se sont croisés lors des dispersions des deux rassemblements. Il y eût quelques échauffourées sans gravité qui a fait dire que les « Malgaches ont retrouvé leur sagesse »


Sur la place du 13 mai, les révélations ont démarré avec l’annonce par le «ministre des Finances du gouvernement de transition» de la dette de 240 milliards d’Ariary  que Tiko devrait à l’Etat. Le «ministre de la Défense » a été nommé. Il s’agit du général de division Raonenantsomampianina. Fait inhabituel, des militants, exaspérés de voir des illustres  « nominés du 13 mai » absents pendant la lutte, ont lancé une pétition. Des milliers de signatures ont été récoltés par les fonctionnaires, les syndicalistes et autres associations pour demander la désignation de Nadine Ramaroson, secrétaire générale du Conecs (Conseil économique et social), comme «ministre de la population». Cette dernière s’apprêterait à refuser cet « honneur ». L’attachement de ses partisans lui va droit au cœur mais la fidélité à ses principes lui commanderait de se mettre à l’écart de ces « responsabilités », du moins pour l’instant.


A Paris, près de deux cents personnes se sont retrouvées sur le parvis du Trocadéro pour demander la paix à Madagascar ce samedi 14 février. La vie quotidienne est devenue difficile à Antananarivo. Les déplacements sont entravés par les points de contrôle, les denrées de première nécessité ont augmenté et l’insécurité règne. 



Alain Rajaonarivony



Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

Randria2 17/02/2009 13:27

A mon avis, Antenne 2 n'existe plus depuis tres longtemps.Vous voulez dire France 2?