Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain Rajaonarivony
  • Contact

Profil

  • Alain Rajaonarivony

Recherche

22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 22:48


 

Muammar Kadhafi, Guide de la Révolution libyenne, sait faire preuve de générosité avec ses jeunes collègues de l’Afrique subsaharienne, moins bien lotis en pétrole. Il vient ainsi d’offrir un week-end tout frais payé, du 16 au 19 mai, à Tripoli à Andry Rajoelina, responsable de l’autorité de Transition à Madagascar. Kadhafi est coutumier du fait. Il avait reçu en novembre dernier le général putschiste mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz dont le régime est aussi sous quarantaine. La communauté internationale n’apprécie guère les coups d’état.

 

La décision prise le lundi 18 mai par l’Union Africaine de tenir son 13ème sommet à Syrte, en Libye en lieu et place d’Antananarivo est passée comme une lettre à la Poste. Et pourtant, dès son intronisation il y a deux mois, Andry Rajoelina avait réaffirmé que Madagascar était prêt à recevoir cette réunion. Sans trop de convictions, sans doute! L’opération de communication de Muammar Kadhafi est présentée comme une grande victoire diplomatique par la HAT (Haute autorité de transition). Il suffit pourtant de lire les communiqués de l’agence officielle de presse libyenne Jana pour s’apercevoir que le Guide a surtout fait un bon coup pour paraître sur la scène internationale. La reconnaissance de la HAT n’est pas à l’ordre du jour, son dirigeant est désigné simplement par son patronyme.

 

Andry Rajoelina voulait continuer sur sa lancée vers le Sénégal ou le Maroc mais ces déplacements ont été reportés à une date non précisée. En attendant, la décision du gouvernement américain de rayer Madagascar du Millénium Challenge Account ne souffre d’aucune ambiguïté. La décision a été prise au cours d’une réunion présidée par Hillary Clinton, secrétaire d’Etat (ministre des Affaires étrangères) et annoncée par Rodney Bent, directeur de l’agence, pendant que le responsable de la Transition était en Libye. Le hasard n’existe pas, ou très peu, en diplomatie mais on ne le sait pas forcément lorsqu’on est jeune. Les USA désavouent l’accession «non démocratique» au pouvoir en coupant les vivres au pays qui fut son premier partenaire pour ce programme alliant aide économique et bonne gouvernance et dont ils étaient très fiers.

 

 Quant à l’Union Européenne, elle a bien précisé par la voix de sa présidence tchèque que le dialogue entre elle et la HAT initié le 19 mai ne vaut pas reconnaissance. La Mauritanie ou la Guinée pourraient le confirmer, elles qui ont été sanctionnées pour leurs putschs respectifs après des mois d’échanges infructueux avec les représentants européens. Le chef de la junte de ce dernier état, Moussa Dadis Camara, a renoncé à se présenter aux élections présidentielles qu’il a dû avancer au mois de décembre 2009. Il n’avait plus le choix, les caisses sont vides car la communauté internationale «n’a plus rien versé au pays» depuis son arrivée au pouvoir.

 

A Madagascar, la HAT va aussi de concession en concession pour essayer de limiter les dégâts. Prévue pour durer initialement 24 mois, la Transition a été ramenée à 19 mois lors des Assises réunissant ses partisans début avril. Maintenant, on parle de 14 mois aussitôt un accord signé, après une rencontre entre les différentes parties au Carlton ce 22 mai. On est revenu aux vrais termes du protocole. Tous les anciens présidents pourront se présenter (voir article précédent : «propos publics, conversations et intérêts secrets»).

 

Andry Rajoelina est désespérément en quête d’un certificat d’honorabilité pour son régime. Ce qui semble poser problème actuellement serait moins Ravalomanana que les militaires qui ont soutenu sa prise de pouvoir. Quand un adjudant confie à un quotidien de la place que lors des interventions du Capsat, « même le président de la HAT » ne peut intervenir ou les arrêter, il y a en effet un souci. C’est la raison sans doute de la création du CMDN (Conseil militaire de la Défense Nationale) comprenant 16 membres dont le Premier ministre. Ils ont été présentés à la presse le 20 mai et l’on y retrouve enfin les généraux éclipsés par les colonels mutins nommés ministre de la défense et chef d’Etat-major. Ce Conseil est une manière détournée de remettre en place une hiérarchie et une discipline mises à mal par le coup d’état. « Quand les soldats ont su que Ravalomanana a transmis ses pouvoirs à un Directoire, ils se sont vus en cour martiale, c’est pour cela qu’ils ont réagi comme cela le 17 mars » (voir article : «ce n’est pas encore le mot de la fin») m’a expliqué une ministre de la Transition. Toute solution de sortie de crise devra tenir compte de ce fait que personne n’ose évoquer. Une résistance de quelques groupes de militaires est à prévoir s’ils ne sont pas assurés d’une certaine clémence.

 

Le journaliste Evariste Ramanantsoavina, de Radio Mada, a finalement été libéré le 20 mai au bénéfice du doute. Marc Ravalomanana vient d’ouvrir son channel sur YouTube. Comme en 2002, Internet redevient pour le Président le moyen privilégié pour rester en contact avec ses fidèles et le reste du monde.

 

 

Photo : Force One II dans le hangar, Force One I, mis aux couleurs d’Air Madagascar, derrière lui, le 4 mai 2009. Des millions de dollars immobilisés sur le tarmac.

 

 

Alain Rajaonarivony 

 

 

 

Partager cet article

Published by Alain Rajaonarivony
commenter cet article

commentaires

J-LG 23/05/2009 14:06

Au moins on voit clairement que vous vous réjouissez, sans aucun problème moral, des difficultés vécues par le peuple malgache, à l'image de votre Maître qui n'a de cesse d'appeler à l'étranglement de Madagascar par les bailleurs de fonds dont il a structurellement rendu "votre" pays dépendant. (si l'on peut toujours dire "votre" pays en constatant la violence de votre attachement à la dictature passée et à un système de corruption généralisée qui maintient 70% des gens dans la misère !)Hillary Clinton semble avoir votre faveur, c'est logique, que la médaille Américaine soit noire d'un côté pour attraper les gogos (Obama) et toujours bien blanche de l'autre (Clinton) il s'agit là des maîtres de votre maître, qui n'ont pas changé d'un pouce et tiennent tuojours toute l'économie mondiale de façon mafieuse. Votre regretté dada adoré en était un fidèle agent et le pays était dans la bonne co-gouvernance entre MAP et Niels Marquardt.Je comprends que vous ayiez de quoi être désorienté, et je vous assure que je compatis à votre deuil de ce régime (si démocratique !) défunt.

Alain Rajaonarivony 23/05/2009 15:07


Ouh là là! Comme vous y allez! Je ne me réjouis de rien du tout!
Par contre, votre anti-américanisme n'est vraiment pas discret. C'est vrai que la nouvelle image donnée par Obama/Clinton est intéressante et pourrait séduire des Africains francophones fatigués du
paternalisme d'une Francafrique juste soucieuse de préserver ses acquis et qui n'a pas fait grand chose pour faire évoluer le continent vers de vraies démocraties.

On verra ce qu'Obama fera sur la distance. Il n'en est qu'à ses débuts.
Bien à vous!